Stéphane Baumont
Stéphane
Baumont
Le Politique Show

Le Pape des premières fois

Le suicide du grand avocat Olivier Metzner au large de son île privée du golfe du Morbihan (il s’était notamment illustré dans les affaires Clearstream et Bettencourt) ; la mort d’un cinquième soldat français au Mali ; Valls accusé de faire « du Sarkozy » à propos des camps de roms ; l’authenticité de l’enregistrement dans lequel Cahuzac reconnaît détenir un compte à L’UBS de Genève, établie ; la division des Européens sur l’armement de l’opposition syrienne ; la Cour Européenne des Droits de l’Homme jugeant que la France n’aurait pas le droit de condamner le citoyen ayant brandi une pancarte « Casse-toi pauv’ con » devant Nicolas Sarkozy ; autant d’éléments qui contribuent à la richesse d’une actualité marquée par l’étonnante faveur que connaît le mot « contre-histoire » dont nous devons la médiatisation à Michel Onfray décapitant tel ou tel monument de la philosophie officielle (Diderot accusé de profiter de la traite négrière, Kant de racisme) : aujourd’hui les Éditions « Découverte » publient une « Contre-histoire de la III° République » et une « Contre-histoire du libéralisme » permettant de mieux saisir les interprétations, les interrogations sur la puissance véritable des récits supposés hégémoniques et sur les contestations qui les ont accompagnés. Au même moment « François », le « Pape des premières fois », Jorge Bergoglio est le premier sud-américain et jésuite à occuper le trône pontifical : ce jésuite est un peu le concentré de « toutes les premières fois » pour Stéphanie Le Bars : « Pour la première fois un membre de la compagnie de Jésus accède à cette charge ; pour la première fois, un Argentin va guider l’histoire universelle ; pour la première fois depuis plus de mille ans, un évêque non européen a été choisi par un collège composé de cardinaux venus d’Europe ; pour la première fois, un pontife va exercer sa charge sous l’œil de son prédécesseur encore vivant. » Voilà donc le pape des nouveaux horizons, l’emblème d’une nouvelle ère, la marque d’une époque marquée par la poussée du Sud en face des défis qui attendent une Église aux prises avec la laïcisation des sociétés occidentales et la montée en puissances des groupes évangéliques. Un nouveau chef pour une église en proie au doute !

Maintenant que le pape nouveau est élu, François Hollande dénommé « le louvoyeur » par Le Point continue à chercher la bonne communication comme à Bordeaux et à Toulouse (journée de commémoration pour les victimes de Mohammed Merah) et non comme à Dijon avec les images d’un militant arrêté par la police. Comme pour tout Président, F. Hollande veut donner le sentiment d’un contact et d’un dialogue avec la population ; d’autant plus qu’il souhaite une Présidence « normale » autorisant et même suscitant les bains de foule non préfabriqués ; le Chef de l’État qui a abandonné ses « mitterranderies formelles » de campagne veut reprendre la main avec la prochaine conférence de presse dont on attend de lui qu’elle soit l’expression d’une clarté dans l’action à venir, d’une volonté dans la politique décidée et d’une explication quant à la conduite « pépère » dont on l’accuse. En un mot, Gaston Doumergue ou Armand Fallières plutôt que Clemenceau ou Léon Blum en 1936 ; ou même (mais oui les sondages l’attestent, 40 % des Français estiment que Hollande mène la même politique économique que Sarkozy) comme l’ancien Chef de l’État décidément toujours là dans ce quinquennat, même sans interview !

 

Stéphane Baumont


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.