Yoann Rault-Wita
Yoann
Rault-Wita
Militant pour les valeurs de droite

Le militant, clé de voûte de la reconquête: Jeunes de droite, engagez-vous !

Cette période de traditionnelles galettes des rois et autres réunions de vœux est l’occasion pour les élus et les responsables de partis politiques de réunir leurs troupes.

A quelques mois d’échéances électorales majeures, zoom sur un citoyen pas comme les autres : le jeune militant !

 

 

« Mais comment peux-tu faire de la politique à 20 ans ? » 

 

S’engager pour défendre ses valeurs et adhérer au sein d’un parti politique est un bel engagement qu’un jeune puisse faire au service de la Nation. Les jeunes sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à la vie de la cité.

 

La sphère politique a toujours fait émerger trois types de jeunes militants.

Le premier, le militant petit four. De gauche ou de droite, tout le monde le connaît. C’est lui, cravate trop serrée, mèche trop bien plaquée, prêt à se jeter sur le premier ancien ministre qu’il croise pour avoir son quart d’heure de gloire sur Twitter où il postera un cliché qu’il sera le seul à trouver passionnant. Celui-là ne retiendra pas mon attention, il n’intéresse personne et je doute, au fond, qu’il se trouve lui-même intéressant. Il n’apportera jamais rien à nos candidats et futurs élus.

Le deuxième, le militant-passion. Fier de porter haut ses valeurs, ne comptant pas les heures de tractage, de collage : son seul leitmotiv est de porter haut ses idéaux. C’est la vision du militantisme que je défends : un militantisme humble aux services de nos élus et de nos candidats. Un militantisme de terrain à la rencontre de nos concitoyens. Un militantisme rural, un militantisme des banlieues, un militantisme populaire, un militantisme proche de la réalité.

Le troisième, le militant en devenir. Adhérer à un parti politique est une étape, venir militer en est une autre. Cette dernière étape est souvent la plus délicate à franchir. Par manque de temps ou par peur de l’inconnu, ce militant doit savoir que son engagement sera le facteur de nos victoires prochaines.

 

Quoi qu’il en soit, la jeunesse est passionnée par l’idée de défendre ses valeurs. Pour 2014, pour l’avenir de nos municipalités, aux quatre coins de la Haute-Garonne, le militant sera le porte-drapeau de notre famille politique et de l’amour de nos territoires.

 

 

« Mais comment peut-on être jeune et de droite ? »  

 

Voilà un stéréotype à renverser : la jeunesse est de gauche ! La jeunesse serait forcément de gauche, idéaliste, passionnée de culture et plus à même de défiler avec la CGT et les associations LGBT que de défendre le travail, le mérite, la famille ou encore la liberté.

 

Et pourtant, le premier mouvement jeune de France porte un nom : «Les Jeunes Populaires, les jeunes de l’UMP» ! Sans oublier nos aînés, « Les Jeunes Actifs, la branche des trentenaires de l’UMP», emmenés par le dynamique Xavier Spanghero. Il est à noter que la section locale des jeunes actifs a augmenté ses effectifs de 25% en deux ans.

 

Etre de droite serait difficile à assumer et les Français de sensibilité gaulliste, libérale ou démocrate-chrétienne seraient habitués à taire leurs convictions en société, tandis que leurs concitoyens de gauche afficheraient souvent leurs opinions avec fierté en toutes circonstances : il n’en est rien !

 

Etre jeune et être de droite, c’est assumer une vision du mérite et de l’excellence, c’est refuser l’assistanat et le clientélisme, c’est faire de la famille le socle de la société, c’est refuser le communautarisme et le repli sur soi.

 

Etre de droite, c’est refuser la bien-pensance des beaux quartiers parisiens et être conscient des difficultés de nos quartiers, de nos territoires ruraux, de nos quartiers populaires.

 

Etre de droite, c’est déclarer son amour à la France à chaque moment de démocratie.

 

Etre de droite, c’est être courageux, passionné, pragmatique, réaliste, franc, et solidaire !

 

Les échéances politiques à venir seront déterminantes pour l’avenir de la France, de nos régions, de nos villes, de nos villages. Sans la jeunesse de droite, ces victoires ne verront pas le jour.

 

Comme le disait Nicolas Sarkozy à la jeunesse, « Vous avez 20 ans, vous avez la vie devant vous et cette vie n’appartient qu’à vous. Ne laissez personne vous la prendre. Ne laissez personne écrire votre histoire à votre place, personne !»

 

 

Jeunes de droite, engagez-vous !

 

 

Yoann Rault-Wita

Conseiller National des Jeunes Populaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.