Stéphane Baumont
Stéphane
Baumont
Le Politique Show

Le logiciel républicain

Les événements se bousculent pour constituer chacun à leur manière un moment important de l’actualité de cette fin de mois de septembre. A la veille du scrutin qui verra Markel reconduite à la Chancellerie, une nette majorité de l’opinion française (56%) souhaite sa victoire ; 63 % pensent que la France devrait s’inspirer du modèle économique allemand et de ses performances. Le « Hollandisme » pas assez performant sur le plan économique et social doit-il s’inspirer d’une forme de « merkiavélisme » en laissant la rhétorique argumentative des tréteaux médiatiques – une forme de présence manifestement insuffisante – faire place à une « Real politik » que le prochain rapport Attali remis sous peu au Président Hollande pourrait enrichir avec ses propositions : intégrer l’innovation sociale dans le crédit impôt-recherche, créer des pôles de coopération territoriale, développer le concept de responsabilité élargie des producteurs, intégrer des critères positifs dans les choix des marchés publics, repenser les partenariats public-privé, développer le financement participatif, créer une véritable taxe sur les transactions financières, favoriser les e-administrations et l’ouverture des données publiques. Il importe que cesse le déclin français pour une raison au moins : que l’Allemagne européenne glisse vers l’Europe allemande ! Il faut donc -faut-il l’écrire une fois de plus ? – redresser les comptes de la Nation, retrouver l’appareil de production et la compétitivité. Il faut aussi réussir la « fameuse transition énergétique » : les 20 et 21 septembre se sont tenus à Paris la seconde conférence environnementale au cours de laquelle a été remise la synthèse du débat national sur la transition énergétique et il a été abordé un certain nombre de questions : comment concilier croissance et développement durable ? Le passage à une économie verte est-elle une révolution créatrice d’emplois ou un frein à la compétitivité des entreprises ? Y-a-t-il urgence écologique ou illusion politique ? Qui financera la transition ? La France veut-elle d’un « capitalisme vert » ? Faut-il dépasser le principe de précaution notamment pour le fameux gaz de schiste ? Beaucoup de réponses dans le contexte de la présence politique écologiste (ou non aux prochaines municipales et de la problématique d’une énergie, chaînon manquant de la transition énergétique de la planète : le gaz naturel.

De vraies questions pour un débat qui ne doit pas être tronqué car touchant chacun de nous dans ses votes pour demain, dans la construction et non le bricolage d’une économie verte d’avenir. Ainsi les politiques sont-ils à la recherche d’un nouveau « logiciel » – programme destiné à faire tourner un système -. Que serait-il ? Une suite d’instructions touchant la micro comme la macro-économie ; les grands principes de l’économie verte, une nouvelle façon d’utiliser « le disque dur de la France », une intégration de l’écologie dans le logiciel de l’action politique, une manière de dire « programme » sans le dire, applicable notamment aux grandes villes en 2014. Peut-être pour mieux revenir – et pour toute la classe politique, face notamment au populisme conquérant du FN -, à ce que Chevènement appelait en 1999 « le logiciel républicain ». A moins que pour le changement, il faille le disque dur constitutionnel et accessoirement le logiciel !

 

Stéphane Baumont


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.