Philippe David
Philippe
David
L'esprit libre

Le chemin de croix de Saint André…

On ne sait pas quel mot peut le mieux qualifier le match de rugby de samedi soir entre la France et les All Blacks, match qui restera dans les annales puisque le record d’écart dans un match à élimination directe lors d’une coupe du monde a été battu.

62-13… Neuf essais à un… Une marée noire noyant des coqs faméliques comme le pétrole de l’Amoco Cadiz noyait des mouettes recouvertes de pétrole. La honte. Le dégoût. L’écoeurement. Débâcle, déroute, désastre. On ne sait plus ni quels substantifs ni quels adjectifs utiliser.

Le résultat était aisément prévisible tant les quatre années Saint-André ont été une succession de défaites et de désillusions. Dans le Tournoi des 6 Nations, les performances ont été indignes de ce qu’aurait dû être le standing de l’équipe de France : Trois quatrièmes places et une dernière place en 2013, chose qui n’était pas arrivée depuis 1999, c’est à dire avant l’intégration de l’Italie dans le Tournoi.

Le « French flair » ? Disparu. Le jeu de trois-quarts ? Kezaco ? Le beau jeu « à la française » ? Oublié. Le panache ? Passé par pertes et profits.

« Le « French flair » ? Disparu. »

Les matchs de l’équipe de France ont été ces quatre dernières années de véritables purges à regarder, à tel point que les dirigeants de la fédération devraient présenter leurs excuses aux supporters de l’équipe de France tant ceux-ci ont souffert en regardant les prestations pathétiques des Bleus.

Pourtant, comme d’habitude, ce sera toujours « la faute à Voltaire ». La faute au calendrier, la faute à la formation, la faute aux autres. Cependant, comment expliquer que le Top 14 se dispute en même temps que le Tournoi des 6 Nations ou la Coupe du Monde ? Imaginerait-on la Ligue 1 continuer alors que le championnat d’Europe se déroulerait à la fin du printemps 2016 ? Non car le football, avec tous ses défauts, est un sport professionnel dirigé par des professionnels alors que, bien que professionnel depuis 20 ans, le rugby français est dirigé avec des méthodes d’amateurs.

Pourtant le Top 14 est, et de loin, le championnat le plus riche d’Europe avec comme principal défaut l’arrivée de stars étrangères qui empêchent nos jeunes de se faire une place au soleil. Ainsi, lors de la dernière finale de coupe d’Europe, Toulon alignait quatre Français tandis que Clermont en alignait neuf ce qui fait que, pour une finale franco-française, les Français étaient minoritaires au coup d’envoi…

Inutile de dire qu’il y a du pain sur la planche pour redresser une équipe de France dont le niveau touche le fond à défaut d’avoir du fond de jeu. Et si on déménageait le Stade de France à Lourdes ?

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.