Alex Lekouid
Alex
Lekouid
L comme Lekouid

Le carnet rouge

Au milieu de centaines de gens endormis et entassés comme du bétail, un homme est assis les yeux grands ouverts, cherchant les raisons à sa vérité. Paralysées par la fatigue et la fraîcheur de la nuit, ses filles sont recroquevillées contre lui. Tout en leur frottant le dos, il balaie du regard les côtes italiennes en se disant : il faut que l’on tienne le coup, ils vont bien finir par nous laisser débarquer ! Charrié par les vagues de la Méditerranée, le bateau poubelle qui les a emmenés jusqu’ici, craque de tout coté. Le père de famille soupire puis se met à écrire sur son petit carnet rouge « Nous sommes partis il y a plus d’un mois de Syrie, pour échapper à la persécution des islamistes. Pendant longtemps nous avons vécu sous la dictature, mais récemment Daech a pris le pouvoir dans beaucoup de nos villes. Ils nous imposent leurs lois archaïques, leur vision de la religion punitive, bannissent toutes formes d’occidentalisation et obligent les femmes à se voiler entièrement. Mon épouse a protesté au nom de la liberté, alors ils l’ont battue à mort pour donner l’exemple; depuis ils sont à notre recherche. Dans notre cavale, un inconnu nous a proposé d’embarquer pour l’Europe contre une grosse somme d’argent. Dans l’urgence, mes proches se sont cotisés pour nous permettre de fuir. Cela fait plusieurs jours que nous sommes bloqués par les hommes armés de l’OIM, avec les autres migrants flottant, venant d’Afrique subsaharienne majoritairement. Les conditions à bord sont animales et les morts se comptent par dizaines, seul l’espoir de toucher la terre compromise, nous empêche de sombrer. Quand ce n’est pas la maladie qui a raison des plus faibles, ce sont les chrétiens et les musulmans qui se déchirent en refaisant l’histoire. De temps en temps l’organisation humanitaire Mare Nostrum, nous ravitaille et nous tient informée de l’évolution de la situation. Aujourd’hui, j’ai parlé avec un journaliste de notre situation, il m’a expliqué pourquoi les Européens ne voulaient pas nous recevoir ; alors je lui ai dit mon point de vue : « Je comprends que tant de migrants lâchés d’un coup dans vos rues, va avoir des conséquences sur votre économie et créer des remous dans l’opinion publique. Mais que feriez-vous à ma place ? Retourner là-bas et donner vos enfants en sacrifice à ces barbares ? Vous croyez que cette mer cimetière va dissuader les prochains de venir ? Vous faites erreur, nous sommes là parce que c’est notre dernière chance. La réalité est que chaque fois que les grandes puissances de ce monde font tomber une dictature pour y installer leur démocratie, les extrémistes en profitent pour s’installer. Alors ne nous traitez pas comme des parasites, mais comme la conséquence d’une politique intéressée. Notre sort est dans vos mains ! Mais sachez que quelle que soit votre décision, celle-ci s’appliquera à vous lorsque dans d’autres temps, la fuite sera la vôtre. Le choix est simple : sauvegarder votre système en ignorant notre histoire et nos massacres, ou faire preuve d’humanité en assumant les actes du passé ».

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.