Jean François Laffont
Jean François
Laffont

L’anniversaire de la Liberté !

C’est en effet à l’initiative de CONVERGENCIA OCCITANA que sera célébré à la salle des Illustres du Capitole, à l’invitation du Maire Jean-Luc Moudenc, l’anniversaire de ce 6 janvier 1189, date de fondation des libertés communales à Toulouse.

Il est important que les Toulousains le sachent et s’approprient cet événement !

Il y a en effet 827 ans que la liberté rayonne depuis Toulouse…

La période médiévale n’est pas le temps barbare qu’on nous décrit souvent. Toulouse scelle au 12e siècle son destin de capitale. Avec son génie propre et à travers les échanges avec les cités italiennes en particulier, elle synthétise les courants de pensée qui s’y croisent et va mettre en place une charte fondatrice des libertés communales en 1189 :

En 1152, Raymond V, fils d’Alphonse Jourdain, étant le nouveau comte de Toulouse depuis 1148, une première Charte mentionne un « commun Conseil de la Cité et du Faubourg de Toulouse » qui donne officiellement naissance au « Capitoulat », institution typiquement toulousaine qui comprend 12 « Capitouls » (d’où le nom du « CAPITOLE » !) qui tiennent « Chapitre » (Conseil) et possèdent l’autorité judiciaire. Ces premiers Capitouls sont des hommes de loi. Six viennent de la Cité, 6 du Bourg.

Raymond V augmente leurs prérogatives (par exemple la gestion de l’eau dans la Cité). Mais il entend maintenir son autorité sur les Capitouls.

« Le prestige des capitouls imprègne toujours les murs du Capitole »

En 1159, il doit défendre Toulouse contre Richard Cœur de Lion qui revendique le comté.

Raymond V transige sous la pression des Toulousains et conclut un accord avec les Capitouls, leur abandonnant la plupart de ses prérogatives, à l’exception de ses fonctions militaires.

C’est enfin la Charte du 6 janvier 1189… qui renforce, explicite et concrétise les Chartes de 1147 et de 1152 : le jour de l’Épiphanie, le Comte de Toulouse est pris à partie par la foule devant l’église Saint Pierre des Cuisines : il abandonne alors ses droits féodaux au peuple de la ville ! C’est la naissance de nos libertés communales.

À partir de 1194, sous Raymond VI, son fils, les Capitouls sont désormais 24, élus pour un an par les différents quartiers de la Cité et du Bourg. Ils rendent la Justice, des ordonnances, disposent d’un Sceau, perçoivent les taxes et recrutent et gèrent une milice toulousaine… Le futur Capitole est alors édifié, à l’interface de la Cité et du Bourg. En 1204 les premiers actes municipaux, les « Cartulaires » sont publiés (en occitan bien sur)… Cette administration fonctionnera jusqu’à la Révolution française.

Comme le disait Jean Vilotte, « notre commune, née au cœur de cette époque comme une émancipation des structures féodales, accompagne la marche vers la démocratie. 1189 prépare 1789 ».

Aujourd’hui la démocratie toulousaine s’est perpétuée et le prestige des capitouls imprègne toujours les murs du Capitole !

Chaque année une commémoration est donc organisée dans la salle des Illustres, elle aura cette année une saveur toute particulière…

En effet alors que nous sommes menacées par le fanatisme et l’obscurantisme, alors que le nécessaire état d’urgence nous oblige à transiger avec nos idéaux républicains, il est bon de se rappeler que depuis 8 siècles Tolosa a montré l’exemple de la liberté, mais aussi de l’accueil et de la « CONVIVENCIA « : l’art de vivre ensemble dans le respect de l’altérité et en toute égalité… il est impératif de s’en souvenir et de le célébrer ! C’est ce que nous ferons ce 8 janvier au Capitole.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.