Philippe Bapt
Philippe
Bapt
Quelque part au fond à gauche...

Laïcité, on oublie ton nom

La laïcité est-ce un mauvais mot? Du genre à proscrire? Car au lieu de la respecter, que de coups de canifs donnés. Oh non pas tant par les provocateurs X ou Y mais plutôt par les élus du peuple bien incapables de répondre fermement à une situation donnée dans un temps imparti court. Certes notre société évolue. Certes notre vie quotidienne se révolutionne autant par les progrès techniques que par la circulation des personnes à l’échelle mondiale. Tout évolue sauf les prises de positions politiques. Notre ADN commun politique avec un grand P s’est enrichi depuis plus d’un siècle de ce chromosome: laïcité. Il s’agit d’une règle de vie commune tout autant que de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. A ce prix chacun est libre de vivre sa spiritualité intimement et sa vie de citoyen au milieu de tous. Pourquoi un énième article sur ce véritable “marronnier” de la presse d’opinion? Il s’agit juste de ma réflexion à l’aune de l’actualité parlementaire à ce sujet. Examen ces jours de la loi dite “Baby loup”….pour un problème apparu en 2008. Un projet de loi avait été déposé au Sénat par Françoise Laborde en….2011. Puis Roger-Gérard Schwartzenberg l’avait fait à l’assemblée nationale deux ans plus tard. Il est vrai qu’entre Lionel Jospin et son courage absolu (euphémisme) en 1989 et Nicolas Sarkozy ministre évoquant la “laïcité positive” ou président avec son discours à Latran, la France et son personnel politique de premier rang déraillent souvent. Quand on ajoute qu’à gauche, soit disant pères de la laïcité contre les “conservateurs”, il se crée des antagonismes entre les multi-culturalistes contre une laïcité à la lettre et les laïques purs qui apparaissent pour les premiers comme des racistes ou islamophobes…. ça laisse pantois!

 « Le bouclier commun pour une vie paisible »

Bref nous voici plus de sept ans après le commencement de l’affaire “Baby loup” que les élus nationaux en charge de notre présent et avenir commun se penchent enfin sur le cas. N’est-ce pas toujours trop tard? Ne voit-on pas comment entre temps la laïcité est travestie de son sens? Le bouclier commun pour une vie paisible est régulièrement transfiguré en arme pour certains contre certains autres. Fallait-il attendre l’après 7 janvier pour se préoccuper du problème survenu il y a sept ans? En conclusion, quand une République n’est pas capable de faire appliquer ses lois, quand une République n’est pas capable de faire évoluer ses lois basiques de vie commune, il ne doit pas être si important pour une secrétaire d’Etat de réagir ou s’emporter au sujet d’une chanson de Patrick Sébastien à double sens au sujet de “pipe”. Oui mon coup de gueule est triple: d’une part sur les atermoiements du pouvoir législatif d’autre part sur la gauche qui en manque de vraies figures se heurtent à elle-même sur un sujet qui devrait faire consensus enfin à ne jamais réagir à bon escient et galvauder souvent la parole gouvernementale, le nom même de républicain veut être accaparé par une partie de la classe politique…reléguant les autres dans le camp des antirépublicains? Non non et non! Radicalement vôtre.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.