Brice Christen
Brice
Christen
Le cynisme aggravé

La SNCF c’est super

Une nouvelle fois la France est victime d’une tentative d’attaque terroriste, cette fois-ci dans un train qui reliait Paris à Amsterdam. Une attaque qui relance le débat : sommes-nous en sécurité dans les trains ? Clairement, la réponse est non. Pas plus tard que cet été j’ai moi-même voyagé dans un train dangereux, rempli de gens qui sentaient mauvais et d’enfants en bas-âge hurlant à la mort. Alors que je regardais tranquillement les vaches par la fenêtre, un dangereux terroriste s’est approché de moi pour me proposer un sandwich jambon-beurre sans jambon et sans beurre à 13€. Où s’arrêtera la folie des hommes ? L’homme avait probablement été endoctriné et fait un stage dans une épicerie de quartier pour pratiquer de tels tarifs et était subtilement déguisé en agent SNCF.

La malchance doit être de mon côté puisque chaque fois que je prends le train, je tombe dans le même wagon que le petit enfant qui semble porter toute la misère du monde sur ses épaules et hurle auprès de ses parents, lesquels ont autant d’autorité qu’un bigorneau. En réalité, ce n’est pas un hasard. Lors de sa création la SNCF a signé un contrat avec toutes les crèches de France pour louer des bébés et les répartir dans chaque train qui se déplace chaque jour, dans le seul but de pourrir la vie des Français. Alors, pourquoi continue-t-on à prendre le train ? Personne ne le sait.

« Peut-être qu’au sommet de l’Etat tout le monde croit que le Français moyen est pété de thune »

Le plus logique serait de prendre l’autoroute, ces belles allongées de goudron créées dans les années soixante et pour lesquelles les Français n’étaient censés payer que « le temps que le coût de la construction soit amorti ». Depuis, Mitterrand a été élu, on a perdu des sous et on a tout vendu à Monsieur Vinci pour qui l’occasion était trop belle de ne pas nous sodomiser une seconde fois. Depuis, on repaye pour un truc qu’on a déjà payé et on paye encore pour se garer dans ses parkings. On dit nos politiques déconnectés de la réalité, voilà peut-être le fond du problème : peut-être qu’au sommet de l’Etat tout le monde croit que le Français moyen est pété de thune, voilà qui expliquerait pourquoi on lui demande si souvent de mettre la main au porte-monnaie, entre hausse des impôts, du gaz, de l’électricité, de la redevance et de plein d’autres trucs. Alors, si le Français est riche, pourquoi passe-t-il son temps à se plaindre, me direz-vous ? Tout simplement parce qu’il est Français et que c’est inscrit dans ses gênes. La légende raconte d’ailleurs que c’est en voyant le prix du gaz que le Général Cambronne aurait prononcé son mot le plus célèbre.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.