Thomas Simonian
Thomas
Simonian

La petite bête monte, monte…

Et voici la huitième circonscription perdue lors d’une élection partielle par le pouvoir en place. Cette fois-ci c’est à Villeneuve-sur-Lot, le fief d’un certain Jérôme Cahuzac, que le tonnerre a grondé… L’UMP et le FN vont s’y faire face au second tour, laissant au PS la douloureuse. Celle d’appeler au triste, mais sans doute nécessaire, front républicain au second tour. Une responsabilité prise avec dignité par l’appareil de la rue Solférino. Alors certes j’entendais encore ce matin sur les ondes, la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, crier au « Choc Cahuzac » pour expliquer la déroute… La réalité est sans doute pourtant ailleurs. Si personne ne peut nier le séisme provoqué par l’affaire Cahuzac dans la propre ville de l’intéressé, je pense que la crise morale que traverse le pays, cette défiance réelle envers la classe politique, explique un tel résultat. La récession économique est une réalité que nous subissons tous, et les maux ne semblent pas être en voie de guérison par l’exécutif du président Hollande. Un tel contexte ne peut que favoriser la montée des extrêmes, le tout saupoudré d’une montée de la violence dans la société… Nous observons dans les résultats de ces partielles que c’est avant tout le Front National qui bénéficie d’un tel contexte. La stratégie « Bleu Marine » gagne du terrain… Et attention le danger gagne également la « ville rose ». Le FN pourrait être en situation de se maintenir au second tour de la prochaine échéance municipale. Une équation appelée triangulaire qui pourrait faire évoluer les stratégies politiques des sieurs Cohen et Moudenc. A Paris comme à Toulouse, en passant par Hénin-Beaumont ou Béziers, la petite bête monte, monte…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.