Marc Sztulman
Marc
Sztulman
Un Toulousain concerné

La campagne caniveau

À moins de deux mois du premier tour, les Toulousains assistent parfois à une campagne sans niveau. Fille de l’excitation de certains, celle que l’on nomme couramment la campagne caniveau, tels un docteur Jekyll fantasque et un Mister Hyde sans masque, connaît deux visages. Mister Hyde sans masque, tout d’abord, qui fait reposer la campagne caniveau sur des attaques ad personam. En la matière, force est de reconnaître le savoir-faire de certains jeunes militants de droite. Après les tracts visant la propreté de « l’âme » du Maire, voilà qu’un jeune « militant pour les valeurs de la droite » utilise à nouveau l’attaque personnelle contre un des colistiers de P. Cohen. S’intéressant à la famille ou au physique d’un conseiller municipal, cet éditorialiste aurait peut-être dû relire les grandes déclarations de principe des cadres de l’UMP après le premier dérapage.

Et si l’on peut considérer qu’un acte isolé constitue justement un dérapage, la récidive mérite quant à elle une attention particulière ; car elle ne peut avoir que deux explications : soit elle témoigne d’une volonté permanente et cachée de porter la campagne sur ces questions, soit elle témoigne d’un écart inquiétant entre les cadres de cette liste et leur base…

Docteur Jekyll ensuite. Dandy étrange et fantasque, il est représenté dans la campagne caniveau par certains candidats prêts à tout pour faire parler d’eux. Ces partisans du buzz permanent présentent des projets n’existant qu’en images de synthèse bon marché, à défaut d’un réel programme. Pour eux, la réalité et la fiction ne sont pas clairement délimitées : peu importe que personne n’ait vu leur projet fonctionner – ne serait-ce que sur 100 m – ou que ce soit juridiquement contestable et pénalement sanctionnable d’annoncer le nom de l’entreprise gagnante avant l’appel d’offres – s’ils ont déjà entendu parler du droit des marchés publics ; non, ce qui compte vraiment, c’est exister. Et là encore, les tenants de la campagne caniveau, préférant flatter leurs egos plutôt qu’entendre leurs égaux, s’évertuent à tuer le débat, au profit d’une logique de slogan. Se prenant pour des pharaons virtuels à défaut de pouvoir être des maires réels…

Alors dans un cas comme dans l’autre, les Toulousains attendent mieux que des attaques sans conscience ou des projets sans consistance, et si la confrontation des idées et le débat sont nécessaires, il est désormais urgent que les Docteur Jekyll et Mister Hyde essayent de quitter la campagne caniveau, pour se mettre enfin au niveau.

Marc Sztulman

Colistier de Pierre Cohen

@msztulman


UN COMMENTAIRE SUR La campagne caniveau

  1. Sicre dit :

    Votre article manque de courage et de clarté. N’hésitez pas en tant que journaliste à citer les candidats concernés vous n’en serez que plus crédible . La liste à laquelle vous appartenez manque d’ambition, de vision pour la ville que nous aimons Toulouse. Avec Aimer Toulouse, nous préparons Toulouse à affronter les 50 prochaines années. Soyez courageux dans vos écrits et innovant dans vos propositions, mais manqueriez vous d’idées constructives ?
    Mouillez – vous monsieur , même dans l’eau d’un caniveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.