Jean-christophe Nef
Jean-christophe
Nef
Quincaille culture a aimé

« Jupiter, le destin de l’univers » : de l’heroic fantasy survitaminé !

La sortie d’un film des Wachowsky est toujours un événement… Depuis la trilogie Matrix, ils tiennent une place particulière dans la galaxie hollywoodienne. Leur dernier film, “Cloud Atlas”, était très particulier et réussi. Aujourd’hui avec “Jupiter, le destin de l’univers”, ils reviennent à leur inspiration première : la science-fiction mâtinée de fantastique… quelque part entre “Matrix” et “Star Wars”. L’histoire est assez particulière : Jupiter Jones a beau être née sous un ciel étoilé, qui la promet à de hautes destinées, elle se contente pour le moment de nettoyer les toilettes. L’entrée en scène de Caine, un ancien guerrier interplanétaire conçu génétiquement, va tout changer. Arrivé sur Terre pour la retrouver, il lui révèle qu’elle est en réalité l’héritière de la planète qui fut jadis ensemencée par une famille royale extraterrestre. Avec son aide, la jeune femme va devoir se montrer à la hauteur de son empreinte génétique et accepter son destin, qui n’est rien moins que de devenir maître de l’univers. Mais l’impitoyable Balem, fils aîné de la dynastie Abrasax et à la tête de la Terre entend s’accaparer la planète pour lui seul…

« Le spectacle est à la hauteur »

Les Wachosky se servent de toutes les “ficelles” du blockbuster hollywoodien pour réaliser un film, somme toute, très personnel. Le spectacle est à la hauteur de l’ambition et on reste cloué sur son fauteuil pendant deux heures… Les influences sont nombreuses : contes de fées, bandes dessinées, mangas,  films de super héros,  films  romantiques kitsch, space opéras…tout cela aurait pu être bancal mais se révèle assez passionnant et original. On pense parfois à Terry Gilliam et à son fabuleux Brazil et il fait d’ailleurs une apparition dans le film ! La distribution est également à la hauteur de la démesure des Wachowsky ! Mila Kunis, tout d’abord, dans son meilleur rôle, en reine malgré elle, Channing Tatum échappé de Foxcatcher et méconnaissable en héros mi-homme/mi-loup. On reconnaît aussi Eddie Redmayne, l’un des favoris aux Oscars et l’ex-Boromir du Seigneur des anneaux,  Sean Bean.

Les effets spéciaux sont, évidemment, très présents dans le film, mais ne sont pas trop pesants ; bien au contraire, ils accentuent le  côté fantastique et onirique du film. Je ne suis pas particulièrement fan des films en 3D, mais à la séance que j’avais choisie, c’était obligatoire… Et finalement, le film n’en est que plus spectaculaire et dans certaines scènes, on est littéralement accroché à son fauteuil !

Alors si vous êtes amateurs de science-fiction, de space opéra, de fantastique, d’aliens improbables, de grand spectacle, ce film est fait pour vous !!

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.