Rémi Vincent
Rémi
Vincent
Militant du Front de Gauche - élu de Colomiers

Jean-Luc Moudenc, son obsession sécuritaire et les exilés fiscaux

Mince, loupé ! Moi qui pensais avoir convaincu Monsieur Moudenc qu’il n’y avait pas d’effet positif prouvé concernant l’impact de la vidéosurveillance sur la délinquance ! Je pensais que les études sérieuses que je lui avais mises à disposition l’auraient convaincu. Voici le lien vers mon billet traitant de la question, au cas où il ne l’aurait pas lu la première fois : Respirez Monsieur Moudenc, respirez.

 

Mais hier soir, Christian Estrosi était de visite à Toulouse, venu soutenir notre UMP locale pour la bataille des municipales qui arrive. Ah ! Christian Estrosi ! Le chevalier blanc niçois, à l’armée féodale municipalisée.

 

Christian Estrosi ! Cet homme éclairé, partisan du retour de la peine de mort ! Le 11 décembre 1991, il dépose en effet à l’Assemblée nationale une proposition de loi visant à rétablir la peine de mort : Proposition de loi tendant à rétablir la peine de mort pour certains crimes, n° 2430.

 

Christian Estrosi ! Qui a déclaré en 1999, bien que regretté ensuite, qu’ « une société qui céderait à la provocation de ces défilés exhibitionnistes pour accorder les mêmes droits à des couples homosexuels qu’à des couples mariés serait une société décadente. »

 

Bref, la droite toulousaine accueillait hier soir avec ferveur un digne représentant de ses rangs, un chef réactionnaire venu galvanisé ses troupes. Et il était de nouveau question de vidéosurveillance. A coup sûr, la campagne municipale de la droite va tourner essentiellement autour de cela. Citoyens toulousains, tout ce qu’il vous manque pour votre tranquillité, ce sont des caméras partout et des policiers municipaux armés et trois fois plus nombreux. Aveugle donc à toutes les études scientifiques en la matière, la droite a cependant flairé là une manière de surfer sur le sentiment d’insécurité en proposant des mesures spectaculaires, d’affichage, d’agitation.

 

C’est également le cas quand l’UMP soutient la suppression des allocations familiales pour les familles des mineurs délinquants. « Tapez fort, encore plus fort, ils finiront bien par rentrer dans le droit chemin. » Voilà la doctrine de la droite en matière de sécurité et de prévention. Il faut être inflexible, ferme, sévère. Mais pas avec tout le monde !

 

Être dur avec les familles de délinquants, mais doux avec les exilés fiscaux

 

En effet, Jean-Luc Moudenc sait aussi être doux quand il le faut. Ainsi, il fut l’un des principaux artisans de la proposition de loi visant à amnistier les exilés fiscaux, afin de les encourager à revenir investir dans notre pays (source : Assemblée nationale.)

 

Nos sauveurs ! Les riches, les cupides, ceux qui quittent la patrie car elle leur demande trop ! Jean-Luc Moudenc est à genoux, les suppliant de venir investir chez nous, de venir nous faire profiter de leur « passion d’entreprendre » !

 

Imaginons une rencontre entre M. Moudenc et l’un de ses exilés fiscaux.

 

-       « Bon, d’accord, je veux bien revenir et vous faire profiter de ma « passion d’entreprendre », mais à condition que l’amende ne soit pas trop élevée !

 

-       Pas de souci Monseigneur, dans l’article 1er de notre proposition de loi, nous proposons de la limiter à 5% !

 

-       Très bien. Mais si je suis parti, c’est pour une bonne raison, je paye trop d’impôts…

 

-

 

-       Pas de souci Votre Altesse, dans l’article 2 de notre proposition de loi, nous proposons de mettre en place une franchise d’impôt pour les capitaux rapatriés investis !

 

-       Ouch, la ficelle commence à être grosse là. Mais je vous fais confiance, vous gérerez ça très bien. Et concernant les charges ?

 

-       Pas d’inquiétude Votre Grandeur ! Nous avons pensé que cela vous ferait plaisir d’être exonéré de cotisations sociales, patronales et salariales ! C’est dans notre article 3 ! »

 

Espérons juste que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault ne soit pas tenté de soutenir une telle proposition, qui pourrait pourtant bien entrer dans le cadre d’une politique de l’offre zélée…

 Rémi Vincent

Militant du Parti de Gauche

 


UN COMMENTAIRE SUR Jean-Luc Moudenc, son obsession sécuritaire et les exilés fiscaux

  1. Patrick AUBIN dit :

    Avant d’écrire n’importe quoi, et surtout de s’enfermer dans un débat sans fin où personne n’a raison et tout le monde a tord, il vaut mieux parler par l’exemple. La sécurité, un des droits naturels et imprescriptibles qui doit être garanti par le politique, est un domaine qui doit être gérée par des spécialistes qui doivent définir les besoins, pas par des politiques qui ne peuvent qu’avoir des visions clientélistes du sujet. Les politiques doivent se contenter de vérifier que les autres droits ne sont pas altérés par les moyens déployés. Ainsi, en l’occurrence que la liberté et la propriété de chacun ne soient pas menacées et que personne ne soit opprimée.

    Ceux qui n’ont rien à se reprocher, ont-ils à craindre de caméras de vidéosurveillance qui se contente d’enregistrer ? Si tout se passe bien, il n’y a aucun besoin de lire les enregistrement. L’attentat de Boston est là pour rappeler, que si heureusement, ce type de violence est rare, l’efficacité policière est alors redoutable grâce aux images enregistrées et au recoupement d’informations.

    Mais pour cela, il ne faut pas se croire vivre aux pays des bisounours…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.