Nicolas Lafforgue
Nicolas
Lafforgue
Ma semaine précaire

« Ici, à Toulouse, quelques courageux squattent encore et toujours »

Un couple de St Alban milite au FN avant de se rendre compte que ce parti est fondé sur le racisme et l’homophobie et décide de le quitter. C’est touchant de voir cette info, Candide au pays des fachos. Le couple s’est même fendu d’une lettre envoyée à Marine Le Pen pour que la chef se rende compte que son parti est gangréné. Elle ne doit pas savoir. C’est sûr. Quand je vous dis que ce couple est touchant. Ajouter à cela la déclaration de Le Pen sur la barbe des otages et leur chèche et vous aurez un bon résumé du fameux « recentrage » du Front National. Alors évidemment si le Front National a décidé de calquer son « recentrage » sur Civitas et la manif pour tous, alors oui, le FN est indéniablement « recentré ». Un « La banane pour la guenon » proféré par des enfants tout droit sortis du pensionnat M6 remplaçant en 2013 le « détail » de 1987. Reste au FN de développer un entrisme que l’on ne leur connaissait pas, à commencer au milieu des manifs « bonnets rouges » où l’on trouve un peu trop à mon goût de chemises brunes. Ici, à Toulouse, quelques courageux squattent encore et toujours. Le CREA vient d’investir un nouveau lieu juste après s’être fait encore une fois expulsé. Je ne connais pas les détails, je n’ai pas le courage de ces femmes et de ces hommes qui affrontent au quotidien la justice et la police. Une chose est sûre, c’est l’hiver qui arrive et des mal-logés qui ne crèveront pas de froid dans la rue. Si la mairie avait un dixième de leur courage peut-être que Toulouse serait un peu moins moche.

Nicolas Lafforgue (chanteur du groupe « Bruit qui court »)

Découvrez son blog : petitjournaldunmecdegauche.over-blog.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.