Philippe Bapt
Philippe
Bapt
Quelque part au fond à gauche...

Grandeur et démesure

Ainsi commence l’été en France en 2015. Une bonne grosse vague de chaleur voire un début de canicule. Toulouse est une commune bien en vue lorsqu’il s’agit de chaleurs estivales. Dans ces conditions il paraît fort surprenant de fermer deux bassins publics cet été, trois au total en y rajoutant la piscine en travaux. Certes qui gère un budget municipal sait bien, et sans jeu de mots, que les bassins municipaux sont un gouffre financier. Toutefois lorsque l’on sait que Toulouse n’est pas une ville hyper dotée de ce type de structure on est en droit de se poser la question de tant de fermetures estivales. Des élus d’opposition à la majorité actuelle n’ont pas manqué de s’émouvoir d’une telle situation. En ces temps de fortes températures l’argument est assez parlant. Cependant, je ne peux souscrire à l’amalgame fait lors d’une interview par cet élu responsable. Oser presque justifier le squat de piscines privées et les agressions physiques violentes des propriétaires par la fermeture de bassins publics relève de la pure malhonnêteté intellectuelle. Rien ne peut excuser de tels actes à Toulouse ou à Colomiers, Pierre Lacaze.

Toujours concernant le domaine sportif, le quartier des Minimes compte un club fleuron du rugby à XIII. Et le stade historique du TO XIII. Aujourd’hui l’enquête publique visant à rénover l’enceinte du stade pour permettre d’accueillir huit fois plus de public lors des rencontres est lancée. Je m’interroge juste sur l’opportunité de voir de l’argent public dépensé pour permettre à une structure privée de… participer à un nouveau championnat. Fusse-t-il anglais? Le coût supporté par les Toulousains (15% + 7,5% et 7,5% d’imposition supplémentaire commune et métropole) relève-t-il assez de l’intérêt général ?

 « Du pain et des jeux pour assurer la paix sociale »

Ou est-ce la perspective de retombées économiques pour la ville et le quartier qui justifient un tel investissement? En attendant le nombre d’infrastructures de grands jeux est insuffisant. A quand une ligne budgétaire pour y remédier? Le sport est fédérateur, éducatif et même recommandé pour la santé. Alors après une rénovation du stadium, maintenant le stade Arnauné, pourquoi seul le secteur professionnel bénéficie de ce type d’investissements? Ah oui peut-être que rien n’a bougé depuis l’époque romaine… du pain et des jeux pour assurer la paix sociale.

Je ne peux terminer sans faire une entorse à la loi Evin et parler de Pernod-Ricard. Je veux évoquer le décès de Charles Pasqua: son engagement à 16 ans dans la résistance, son gaullisme. Mais j’ai du mal à parler de grand serviteur de l’Etat à son endroit quand on est comme lui à la création d’une police parallèle au sein même de la République: le S.A.C. L’ancien élu des Hauts-de-Seine a reçu d’après moi le plus bel hommage de Balkany qui a         « perdu un second père »… ça veut tout dire de la part d’un loustic (dire plus serait bafouer la présomption d’innocence) de la République.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.