Philippe David
Philippe
David
L'esprit libre

Frankreich : Raus !

Il m’aura fallu demander une confirmation à mon ami David Saforcada, bien connu des lecteurs du Journal Toulousain, pour arriver à y croire en lisant le papier du Figaro qui confirmait son information : la Commission européenne avait convoqué dimanche un sommet sur les migrants réunissant huit pays dont ne faisait pas partie la France. Oui vous avez bien lu la France, pays fondateur de l’Union Européenne et en première ligne dans le drame des migrants, Calais se trouvant aux dernières nouvelles en France, n’a pas été jugée digne d’être invitée à ce sommet.

Inutile de dire que ceux qui, comme moi, affirment que le couple franco-allemand est mort depuis la réunification allemande, se demandent encore comment certains peuvent encore prétendre le contraire.

Aurait-on imaginé sous De Gaulle, Pompidou, Giscard d’Estaing, Mitterrand ou même Chirac ou Sarkozy (les deux derniers étant aux affaires après la dissolution du couple franco-allemand), la France évincée d’un sommet consacré à un sujet de cette importance ? Bien sur que non.

Aurait-on imaginé Adenauer, Brandt, Schmidt, Kohl ou même Schröder laisser la commission infliger une telle humiliation à l’un des deux piliers de la construction européenne comme cela s’est passé la semaine dernière ? Bien sur que non.

« l’Europe est aujourd’hui totalement dominée par l’Allemagne »

Cet état de fait a été résumé à la perfection par le leader du parti souverainiste britannique UKIP (United Kingdom Independance Party), Nigel Farage, lors de la visite d’Angela Merkel et François Hollande au Parlement européen. Son discours a malheureusement été oublié par les médias français au profit de celui de Marine Le Pen qui avait qualifié le chef de l’Etat de « Vice-Chancelier de Madame Merkel ».

Dans son discours, Nigel Farage avait déclaré que « la France est désormais sévèrement diminuée, piégée par une monnaie dans laquelle elle ne peut se redresser, et la voix française dans cette relation et dans l’Europe est réduite à un peu plus qu’une demi-portion ».

Ce constat que nul observateur ne peut contredire est malheureusement marqué du sceau du réalisme et le sommet de ce week-end est là pour nous rappeler que, comme l’a dit Nigel Farage dans le même discours « l’Europe est aujourd’hui totalement dominée par l’Allemagne ».

Il ne nous reste plus désormais qu’à nous demander à quel moment la chancelière allemande prendra la parole à la place de la Commission européenne pour dire ce qu’elle et ses plus proches alliés pensent sans encore oser le dire : Frankreich raus, ce qui veut dire la France dehors…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.