Thomas Simonian
Thomas
Simonian

Far west et boule de suif

Grosses bottes, éperons et fidèle canasson. Les cow-boys savent soigner leur look. Et ils inspirent les réalisateurs. Des westerns spaghettis de Sergio Leone à ceux d’un nouveau genre version globules rouges de Quentin Tarantino, les films de cow-boys sont comme les bons vins, ils se bonifient avec le temps et ne prennent pas une ride.

Car ces histoires de cow-boys et d’Indiens passionnent toutes les générations. Même les plus petits. Qui n’a jamais enfilé un costume d’homme à plumes ou à chapeau pour être la coqueluche de son école au Carnaval ? On fantasme tous sur ces chasses au trésor, ces ruées vers l’or, ces épopées fantastiques à travers des paysages plus arides les uns que les autres. Et c’est certainement pour ça qu’on peut rester des heures devant les rediffusions des Sergio Leone et des Clint Eastwood sur France 3 le mercredi après-midi.

Ce n’est d’ailleurs pas anodin que l’un des personnages de BD préféré des Français soit un cow-boy, sur son Jolly Jumper. Et que Tarantino ait fait l’un des plus gros cartons du box-office l’année dernière avec Django Unchained, l’histoire d’un esclave qui se défait de ses chaînes.

En ce moment à l’affiche, c’est Gold qui nous replonge dans cet univers pistolet et lasso. Comme son nom l’indique, c’est la recherche de l’or qui est à l’honneur. Un minerai qui pouvait pousser des équipages entiers à traverser le territoire à cheval dans de rudes conditions. Quitte à perdre la vie. L’honneur, la soif de devenir riche ; le courage, la force, des valeurs toujours prisées aujourd’hui. Pas étonnant qu’on les aime toujours autant, ces beaux gosses en bottes.

 

Ariane Riou

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.