Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Être ou avoir ?

Les dirigeants politiques sont obsédés par les inégalités. Si la société va si mal, c’est que cette obsession a même tourné à la paranoïa. Le siècle des lumières avait pourtant porté dans la déclaration de 1789, préambule constitutionnel actuel, l’égalité des droits d’être que le système politique se devrait de garantir à chaque homme et à chaque citoyen. Mais tout politicien s’affaire à bafouer l’être pour entretenir une utopique égalité sur de faux droits d’avoir. Aucun être humain n’a les mêmes besoins ou ne pense comme son voisin. Observez bien la place du terme “être” et avoir. Rappelez-vous qu’avoir c’est possédez et que l’on ne peut posséder un être sinon il devient un esclave. L’égalité c’est le droit de l’être, pas pour une égalité de ce qu’il a comme besoin ou pensée. Toute volonté de construire l’égalité de l’avoir abouti toujours au totalitarisme : c’est l’égalitarisme. Si des institutions doivent permettre à chacun d’être libre et d’être propriétaire de soi-même et des fruits de son travail, aucune institution ne peut s’arroger la possibilité de violer le droit d’être libre ou d’être propriétaire sans le consentement de l’être humain.

 

« L’économie, c’est naturellement le choix »

 

Ainsi, il n’existe pas de souveraineté au-delà de la souveraineté individuelle : la souveraineté collective est un anachronisme lié à l’abus de pouvoir. En effet, un humain ne peut consentir à être “esclave”. Les limites de la liberté se trouvent ainsi exclusivement dans les relations entre souverains individuels. La pseudo démocratie que nous vivons dans les pays dits développés qui donne à la majorité sortie des urnes la possibilité de prendre par la force pour redistribuer les fruits du travail des minorités, n’a donc aucune légitimité au regard du Droit Naturel, même si des textes votés comme légaux l’autorisent. Ainsi la fiscalité est un viol et un vol. Rien ne justifie de spolier ceux qui auraient sous prétexte que certains n’auraient pas. C’est pourtant ce qui caractérise la politique économique des états actuels qui est constamment en échec. Il est nécessaire de retrouver le sens de la civilisation humaine : la politique, c’est naturellement le droit naturel, l’économie, c’est naturellement le choix, et la Société, c’est en son sein que chaque individu, par son libre arbitre, doit s’épanouir en contrat avec les autres. La démocratie, c’est placer chaque citoyen en pleine responsabilité sur les choix de produits et services. C’est par son action quotidienne, par son propre investissement, son génie et ses efforts, qu’il est libre sur ses choix d’avoir, et qu’il est le propriétaire de ses choix d’avoir. Personne ne doit venir supposer qu’il n’est pas heureux, ni ne doit venir lui dicter ce qu’il doit faire ou ne pas faire, qu’il soit pauvre ou riche. Le respect des droits d’être est essentiel pour aller vers une société plus évoluée.

 


3 COMMENTAIRES SUR Être ou avoir ?

  1. GILLES Patrick dit :

    5 rue men gwenn

  2. GILLES Patrick dit :

    Le principe de l’impôt doit reposer sur l’équité, chacun paye selon ses possibilités, en fonction de son avoir.
    L’erreur est l’égalitarisme alors qu’ il faudrait appliquer l’équitarisme, c’est-à-dire, que chaque individu puisse revendiquer de recevoir plus ou moins, pour compenser les inégalités naturelles autant que possible, et selon bien sûr ses besoins vitaux.

    Patrick GILLES

    • gaston6 dit :

      L’impôt est un outil, pas une politique. Il doit surtout être efficace et l’expérience montre que pour l’être, il doit être à taux fixe et faible sur une base large (flat tax type CSG). Ensuite vient le redistribution et c’est effectivement à l’Etat de s’en occuper au bénéfice des plus faibles (revenu de solidarité ou impôt négatif). L’impôt redistributif est toujours contre-productif (moins de rentrées, plus de fraude, plus d’inégalités devant le paiement) d’ailleurs c’est tellement le cas que les états ont créé toutes sortes de niches et d’éxonérations pour palier les incohérences du système.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.