Rémi Vincent
Rémi
Vincent
Militant du Front de Gauche - élu de Colomiers

Être aux côtés de Christiane Taubira

Faites de Christiane Taubira votre pire ennemie, vous, cafards de l’esprit ! Nous en ferons alors l’une de nos grandes femmes. Faites des combats qu’elle porte vos pires obsessions, vous, mites de l’intelligence, nous en ferons des sacrifices. Vous accélérez la prise du ciment qui lie les gens au cœur ferme et gros. Votre obscurité philosophique rallume les lumières de ceux qui les ont lues et aimées, ces Lumières. Allez ! Continuez à frapper ! Frappez dru et cru, nous apprenons de votre venin.

 

La révolution avancera sous les coups de fouet de la contre-révolution, comme l’a si bien dit le président Chavez, et nous avons là un avant-goût de vos coups de fouet. Nous habituons notre cuir à ce que vous êtes capables d’infliger à toute tentative de rallumer les lumières.

 

« Les barricades n’ont que deux côtés », disait Elsa Triolet, et nous distinguons clairement vos silhouettes, à quelques mètres de nous et de nos fusils. Vous êtes notre insomnie, nous ne pensons qu’à vos vices, nous ne pensons qu’à vous car vous ne laissez pas de répit à notre intelligence. Il y a « vous » et « nous, » cela n’a jamais été aussi limpide dans mon esprit.

 

Je suis un babouin, puisque c’est comme ça que vous appelez Christiane Taubira. Considérez-moi comme tel, je me tiens debout plus fermement encore qu’avant d‘avoir entendu votre crachat. Rallumeurs des lumières, les babouins vous mangeront tout cru.

 

Attaquant la dignité d’une femme éclairée, pensant la rabaisser en la comparant à ce bel animal, vous attaquez l’universalité des fragilités humaines. Vous frappez dans la nuque, de votre lame rouillée. Vous êtes pleutrerie et barbarie.

 

Je cite le camarade lettré Jérôme Bonnemaison, qui a écrit une magnifique nouvelle en hommage à Christiane Taubira (à lire ici : http://welovewords.com/documents/de-memoire-de-singe) :

 

« Elle s’imaginait, dans la glace, avec les seins pendants d’une guenon. La dignité, voilà ce qu’on tente de lui arracher. Intelligence innée de la perversité. »

 

De mémoire de singe, Jérôme Bonnemaison

 

La poésie de nos cœurs affûte nos baïonnettes et serrent nos rangs. Allez ! Continuez à frapper ! Et gloire aux babouins !

 

Rémi Vincent

Membre de la Coordination départementale et du Conseil national du Parti de gauche. Militant du Front de gauche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.