Philippe David
Philippe
David
L'esprit libre

Et elles sont où les féministes ?

« Faut-il battre ou non sa femme ? » Tel était a priori, puisque les organisateurs le nient,  le sujet d’un débat organisé lors du « salon musulman du Val d’Oise » qui s’est tenu à Pontoise le week-end dernier.

Ce salon a d’ailleurs fait « le buzz », pour utiliser une formule à la mode, puisque deux femen d’origine maghrébine sont montées sur la scène alors que deux prédicateurs pas particulièrement modernes s’exprimaient sur la condition féminine.

En effet, parmi les invités du salon se trouvait un imam qui avait affirmé il y a quelques années en parlant des femmes ne portant pas le voile : «Si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme-là» (en clair une légitimation du viol des femmes non voilées).

Un autre des intervenants s’était lui aussi illustré par son ouverture d’esprit et son respect du « beau sexe » en affirmant : «La femme, elle ne sort de chez elle qu’avec la permission de son mari (…) Le soir, il a un besoin, il a une envie, elle ne veut pas… L’homme il craque… Qu’elle sache que les anges la maudissent toute la nuit dans le cas où elle se refuse à son mari sans raison valable» tandis qu’un troisième avait osé affirmer il y a quelques temps également : «La femme qui sera sortie parfumée est une fornicatrice. (…) comment est-ce que le frère pourrait accepter de voir sa sœur ou sa fille sortir ainsi?…».

« Les féministes ont une fois de plus démontré qu’elles ne servent à rien »

Inutile de dire que de tels propos auraient dû créer l’ire des féministes et de la classe politique, autrement plus que ceux du Député UMP Julien Aubert, sanctionné en 2014 du retrait du quart de son indemnité parlementaire  pour avoir osé s’adresser à la Députée socialiste Sandrine Mazetier en l’appelant « Madame LE Président », comme le veut faut-il le rappeler l’académie française.

Peut-être aurait il dû utiliser le terme de « conne » comme Guy Bedos envers Nadine Morano puisque celui-ci a été relaxé par le tribunal, ce qui lui a permis de récidiver samedi lors d’une émission de divertissement en qualifiant cette fois-ci l’élue « les républicains » de « connasse » ?

L’absence de cris d’orfraie des féministes tant dans le cas du salon de Pontoise que dans le cas des injures envers Nadine Morano nous ont une fois de plus démontré que celles-ci ne servent à rien excepté pour les femen dont on savait depuis belle lurettes qu’elles ont des seins et dont on sait depuis samedi qu’elles ont aussi des couilles !


UN COMMENTAIRE SUR Et elles sont où les féministes ?

  1. reumaux dit :

    Sans les femen, personne n’aurait eu vent de ce salon…!!! Je ne suis pas sûre que le maire de Pontoise ait autorisé la location de sa salle au FN, mais pour un salon sur le rôle de la femme islamiste, ça ne lui pose pas trop de problème !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.