Stéphane Baumont
Stéphane
Baumont
Le Politique Show

Equilibre entre morale et politique

La photographie poignante d’un enfant de trois ans échoué sur une plage synthétise tout ce que nous vivons depuis les débuts de la guerre civile syrienne qui a déjà fait 250 000 morts. Cette photo montre une réalité dissimulée. Parce qu’au-delà de la charge morale de cette photo, il faut dénoncer l’absence d’une vision politique claire sur les situations syriennes et irakiennes ; « la compassion », comme l’écrit Pascal Bruckner, « c’est ce qui reste quand on a renoncé à toute le reste ». Nous assistons à la superposition d’un double langage, celui de l’exhortation morale “Accueillez votre prochain” et celui d’un calcul d’épicier « ça peut rapporter gros ». Les Français sont d’ailleurs partagés entre fermeté et solidarité : 62% pensent qu’il faut les traiter en migrants comme les autres, 78% trouvent que les Européens n’ont pas réagi comme il le fallait et 61% sont favorables à ce que la France participe à une intervention militaire en Syrie. Façon pour le Président Hollande d’être moins “un nouveau Churchill” que d’exercer pleinement ses fonctions régaliennes et son “domaine réservé”. Reste à savoir si nous avons les forces disponibles et s’il est bon d’intervenir dans la guerre civile d’un pays arabe.

« Une politique étrangère raisonnable mais aussi courageuse »

Cette nouvelle politique passe par une redéfinition de nos liens avec la Russie, l’Iran et la Turquie. Reste aussi à savoir, à la suite de Benjamin Stora (président du Musée de l’Histoire de l’immigration), si « la diabolisation de l’antiracisme par des penseurs réactionnaires qui nourrit l’extrême droite accrédite la comparaison entre réfugiés et terroristes ». La France est-elle en mesure de renouer avec sa tradition de terre d’accueil ou se heurtera-t-elle au réservoir d’une extrême droite conquérante : rejet des principes d’égalité forgés par la Révolution française, défense d’une identité perpétuellement menacée par la défense de l’Autre, de l’étranger. Car, il ne faut pas l’oublier « la tradition historique française est bien celle de l’hospitalité envers les hommes et les femmes qui fuient la terreur et la barbarie pour aller vers la patrie des droits de l’Homme » (B. STORA). Il importe de rétablir une politique étrangère raisonnable mais aussi courageuse pour éviter la continuation de cette impressionnante vague migratoire dans un avenir proche. Si la photo de cet enfant est instrumentalisée, elle ne doit pas faire oublier la vraie question : où se trouve l’équilibre entre l’exigence morale de l’accueil des réfugiés et l’exigence politique de protection des sociétés européennes ? Chateaubriand répondait : « Les événements font plus de traîtres que les opinions ».

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.