Philippe Bapt
Philippe
Bapt
Quelque part au fond à gauche...

Drone de semaine

 
On a beau dire on à beau faire cette semaine c’est bien l’affaire des O.V.N.I ou drones qui domine ces sept derniers jours. Le caractère anxiogène de ces survols de centrales nucléaires a de quoi affoler. Surtout quand au plus haut de l’Etat, les édiles avouent ne rien savoir de la provenance de ces drôles de drones. Si cela continue on connaît le sujet du prochain blockbuster de Steven Spielberg… On a de très bons services secrets…. Mais incapables de débusquer un pilote de vulgaires objets radiocommandés: On nage dans le bonheur. Si on relève la tête  du guidon du vélo qu’est vie quotidienne, on peut se dire que l’abandon du tout nucléaire est LA solution: comme chez nos amis d’outre-Rhin, où l’extraction et l’utilisation de charbon comme énergie alternative ont tellement repris?…Quel progrès!
Sinon dans notre ville rose, samedi, la météo clémente laissait à prévoir que nombre de toulousains et autres périphériques (dont je fais parti) allaient se croiser dans le centre-ville ou à la foire de la Colombette. C’était sans compter sur les pacifistes manifestants extrémistes(dans leur comportement) croisés ça et là tentant vainement de célébrer la mort tragique d’”un camarade tué par la police” comme je l’ai entendu: je n’écris ici que des euphémismes vous l’aurez compris. Et en lieu et place de feu d’artifice célébrant le soixante-dixième anniversaire de la “Colombette” ce furent mouvements de foule et tirs de bombes lacrymogène contre jets de pavés. Un samedi après-midi gâché par des  “jeunes cons” venus en découdre avec les forces de police. “Jeunes cons”, je répète, car outre casser, enlever des pavés du tramway pour les utiliser comme projectiles ou gâcher un paisible après-midi de fin de vacances pour les familles et tous les commerces du centre-ville, ils ne se sont pas montrés dignes du drame vécu sept jours auparavant à Sivens. La violence comme seule célébration: est-ce cela que méritait le jeune Remi Fraisse? Et que vont laisser comme souvenirs de commémorations ces gens à la famille de ce jeune de Plaisance du Touch?? Un spectacle de désolation et d’immense gâchis. 
“On touche à l’excès d’humilité en communication politique”
À part cela, dans la classe politique, Arnaud Montebourg fait le buzz: il avoue que “diriger une entreprise c’est un métier” pour justifier son court retour sur les bancs de l’école (de commerce). S’il est de bon ton d’être franc ces derniers temps, à l’image de Fleur Pellerin séchant sur le titre d’un livre du prix Nobel de littérature Patrick Modiano, avouer méconnaître la direction d’entreprise pour l’ancien ministre du redressement productif… Ça laisse penseur à défaut de rêveur! Ici l’on touche à l’excès d’humilité en communication politique. En guise de conclusion sur ce sujet, j’espère juste qu’à la fin de ce cycle de formation il n’adhèrera pas aux nouvelles thèses du “fils de” du Medef, j’ai nommé Pierre Gattaz, autre grand humble(euphémisme quand tu nous tiens!), pour qui il est indispensable d’enlever l’autorisation administrative de licenciement qui serait un frein … À l’embauche !
Enfin comment finir ce billet d’humeur sans évoquer, ce jeudi, la mi-mandat de François Hollande. Ce qui m’a frappé, dès le mois de mai 2012, est le Hollandebashing qui a débuté alors même que les législatives n’avaient pas encore eu lieu. Ensuite, comme nombre de citoyens, j’ai attendu beaucoup des promesses de campagne et observé avec attention les difficultés rencontrées ou sous-estimées par le couple exécutif. Je retiens aussi de ces deux ans et demi l’avènement de Manuel Valls et les atermoiements des écologistes. Les radicaux de gauche, malgré tous leurs défauts supposés n’ont, eux, pas déserté le navire. Et vous trouvez ça drone? (Parodie de Coluche)
Allez à la semaine prochaine…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.