Brice Christen
Brice
Christen
Le cynisme aggravé

Drôles de débats

 

Ça y est, c’est officiel : la Chine est devenue la première puissance mondiale devant les Etats-Unis, comme quoi ça ne sert à rien de mettre un aigle sur son emblème, des étoiles jaunes sur fond rouge suffisent. La France n’apparaît plus dans ce classement, son emblème n’est d’ailleurs désormais plus le coq, qu’elle a vendu à des Qataris qui faisaient un barbecue, mais un pigeon. Le volatile a été jugé représentatif des citoyens, puisqu’il est l’animal se rapprochant le plus de la vision qu’ont les politiques des Français. En revanche, Serge Dassault fait son entrée dans le classement FMI des pays les plus riches, entre la Moldavie et la Bulgarie, puisqu’il est, à lui seul, plus riche que 87 Etats du globe. Heureusement, à Toulouse on se bat pour retrouver la crédibilité définitivement perdue par une présidence en chapka. La municipalité a d’ailleurs vivement réagi lors de son conseil municipal vendredi dernier avec un débat qui oscillait entre questions de sécurité et finances de la ville, quand soudain, semblant crever le ciel et sortie de nulle part, surgit une question à laquelle personne ne semblait préparée au XXIe siècle : le père Noël est-il de droite ? (Oui, la question a réellement été posée par un élu communiste).

 

« Le père Noël est-il de droite ? »

 

Cette question, somme toute légitime, soulève d’autres problématiques inhérentes à la vie des Toulousains : Les cailloux payent-ils trop d’impôts ? Le sandwich au jambon beurre est-il agoraphobe ? La statue de la place Jeanne d’Arc est-elle vaginale ou clitoridienne ? Jésus était-il démocrate ? Il faut d’ailleurs reconnaître que Jésus fait jaser en cette fin d’année, puisque nombreux sont ceux à vouloir interdire les crèches dans les lieux publics. Un débat inutile et stérile comme seul ce pays sait en produire, preuve en est, selon un récent sondage : 100% des pédophiles interrogés se disaient favorables aux crèches. En revanche, pour beaucoup, le dimanche reste symboliquement le jour consacré à la famille, une aubaine pour Christine Boutin qui peut donc concilier le même jour vie de couple et vie de famille. Cette question, soulevée par un esprit brillant, aura au moins permis d’effectuer deux constats : d’une part, le niveau intellectuel des questions que certains se posent lors d’un conseil municipal, à peine plus élevé que la réflexion cérébrale d’un rideau de douche. Et deuxièmement, de nous rendre compte qu’en 2014, il existe encore des communistes ; à titre personnel, je les pensais disparus depuis 1991, mais il demeure des poches de résistance qui s’organisent et croient toujours dans une société meilleure basée sur la collectivité des biens et la force de la moustache. L’homme n’apprend décidément rien du passé, à croire que le goulag, la torture et la campagne présidentielle de Robert Hue n’ont servi à rien. Que Jésus et Christine Boutin aient pitié de leurs âmes.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.