Philippe Bapt
Philippe
Bapt
Quelque part au fond à gauche...

Divergentes valeurs

Cette semaine fut animée par l’affaire Black M et ce qui constitue à gauche un univers de valeurs divergentes sous couvert de mauvaise foi. La venue au concert post commémorations du centenaire de la bataille de Verdun (300 000 morts) de cet artiste a posé problème. Si les médias nationaux ont relayé l’appel du FN en premier lieu (buzz oblige) il n’en fut rien des appels lancés par de simples citoyens républicains qui reprochaient l’erreur de casting pour ce concert. Le souvenir de paroles déplacées envers les Français, les juifs et les homosexuels venant ainsi argumenter cette volonté de ne point voir cet homme chanter en tête d’affiche à cette occasion.

Ce qui fut le plus désolant est venu des pseudos progressistes républicains qui plutôt que de trouver les paroles de chansons déplacées, venir expliquer que “youpin” était sorti de son contexte ; que l’usage de paroles haineuses contre notre pays et ses “kouffars” n’était qu’erreurs de jeunesse et que l’homophobie écrite, chantée et revendiquée (avant de molles excuses) n’était que provocation de jeunesse.

Et ces purs républicains surfant sur un communautarisme très en vogue chez certains, d’expliquer que seules la couleur de peau et la religion de Black M entraient en compte dans la déferlante de la “meute” ou la “fachosphère”. Même Christiane Taubira s’est fourvoyée pour excuser ce jeune artiste.

Joseph Macé-Scaron a fort bien replacé, en 140 caractères, les données du problème: « Ceux qui pleurent sur le destin d’un groupe homophobe, furent-ils repentis, sous prétexte que le FN l’a attaqué ? Continuez. Idiots utiles. »

Plutôt que de reconnaître quelques fautes, le pouvoir et ses affidés n’ont eu de cesse de dresser un pare-feu aussi inefficace que ridicule : ministre de la Culture en tête, puis le secrétaire général du PS, l’ex grand dieu de la culture, le président de Touche pas à mon pote, jusqu’au journaliste-éditorialiste de Challenges.

Inefficace, car en stigmatisant tous les citoyens émus par ce choix, en les rangeant délibérément dans la sphère de l’extrême droite ou la fachosphère, ces tenants de la pensée antiraciste se comportent au final comme celles et ceux que nous tous combattons. Le racisme naît de la généralisation. User de ce même procédé est tout sauf glorieux.

Ridicule, car tout autre artiste qui aurait inclus dans son œuvre « youpin », « kouffars » et « les PD doivent périr », aurait été classé fascisant et ce, à juste titre. Mais pour argumenter, réduire cet artiste à sa couleur de peau et sa religion, n’est-ce pas pire au final que les attaques de la fachosphère ? Où se perd la citoyenneté républicaine ? Enfin, son ascendance ayant participé à la Grande Guerre fait évidemment de son grand-père un héros de 14-18 mais ne fait pas de ce chanteur un citoyen à part.

Pour conclure, deux points:

En premier lieu, j’exècre cette partie du pouvoir actuel qui nous a imposé Alain Delon, célèbre exilé fiscal, qui a obtenu la nationalité suisse et qui donne son avis sur la politique française pour les commémorations du début de la Grande Guerre. Puis, ce fut un concert de Johnny Hallyday le 10 janvier 2016 : encore un exilé fiscal qui l’a revendiqué haut et fort, voilà peu. Bref, ce concert annulé n’est pas la victoire de l’extrême droite mais bel et bien de citoyens qui n’en peuvent plus de ces “exemplaires” artistes loin d’être d’”exemplaires” citoyens.

Deuxièmement, plus que jamais, la gauche apparaît comme divisée. On le savait côté extrême gauche, “Nuit Debout” en est une des expressions. À travers ce nouveau point d’achoppement, on peut noter les divergences de valeurs. Il y a peu, au sein d’une université parisienne, un colloque interdit au blanc… ou comment, sous couvert de combats antiracistes, on crée plus que jamais de la différence ! Le patron du PS n’a pas réagi ! Localement, certains socialistes trouvent que le communautarisme n’est pas si antinomique avec la République… On croit rêver. « La République autorisait bien l’esclavage », ai-je reçu comme argument… Le socle des valeurs vacille… Jusqu’où ? Jusqu’à quand ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.