Thomas Simonian
Thomas
Simonian

Dissidences en pagaille, municipales feuilletonesques

A Blagnac, le premier adjoint part de son côté. Bernard Loumagne ne se sent plus en accord avec la gestion Keller… Un constat : Le cas blagnacais n’est pas isolé, et l’agglomération voit le virus la contaminer. A Colomiers aussi, la majorité perd la boussole. François Dumas, ex-adjoint aux affaires scolaires de Bernard Sicard, a décidé de faire cavalier seul en compagnie du Front de Gauche. A Aussonne, l’ancien premier adjoint, Frédéric Salaün, entre en opposition frontale avec Lysiane Maurel. Prenons également l’exemple de Cugnaux où Philippe Guérin est lui aussi contesté par un ex-adjoint, Pierre Guérin. Le principe de discipline de la gauche plurielle haut-garonnaise éclate à l’approche de ces Municipales, les rapports entre le PS et le PRG n’ont jamais été aussi tendus et les Verts s’amusent à jouer les trouble-fêtes à Toulouse avec Antoine Maurice comme à Colomiers avec Patrick Jimena ou à Ramonville avec Henri Arévalo. La droite et le centre pourraient se réjouir d’une telle situation, sauf qu’ils ne sont pas exsangues… A Muret, Alain Sottil, Laurent Jammes et Pierre Gaudin continuent à se déchirer. A Cugnaux, Alain Chaléon et Michel Aujoulat sont bien partis pour partir seuls chacun de leur côté… Et bien entendu à Toulouse, avec Jean-Luc Moudenc et Christine de Veyrac qui de toute façon ne passeront pas leurs vacances d’hiver au ski ensemble. Tout ceci tente à démontrer que la crise politique que traversent actuellement les appareils nationaux, gagne les régions, et que plus personne ne contrôle grand monde. Comme si la base était en pleine rébellion.  La multiplicité des dissidences, c’est aussi l’expression d’un ras-le-bol.

Thomas Simonian


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.