Nicolas Lafforgue
Nicolas
Lafforgue
Ma semaine précaire

Des trucs intelligents

Cette semaine j’ai vu Ouahide. Ouahide est le chanteur du groupe Obsolescence Programmée. C’est un groupe qu’il a avec Cécile, ils chantent tous les deux, en français, des textes intelligents sur des rythmiques électroniques. Autant vous le dire de suite, ce projet étant beaucoup trop intéressant il risque de ne pas plaire aux professionnels de la musique actuelle. Avec Ouahide on se connait depuis très longtemps et on aime bien discuter ensemble. Ouahide il pense comme moi. A peu de choses près. Et Ouahide aime découvrir et inventer et j’aime quand il me parle de ses découvertes et de ses inventions. Si il y a bien un truc que Ouahide n’aime pas c’est quand on dit « c’était mieux avant » (vous avez vu comment je dis « Ouahide » tout le temps, c’est pour faire comme dans « Le petit Nicolas » je trouve ça ultra beau gosse). Bon moi j’aime beaucoup dire ça, faire mon vieux con, parler de Fabe et de Noir Désir et regarder la nouvelle scène française avec dédain, mais pour de vrai Ouahide a raison. Aujourd’hui il m’a dit « la musique ne s’écoute plus, elle se regarde ». Et ouais. Bon tant pis, ou pas, en fait, quand on y réfléchit écouter un disque ou regarder ce disque accompagné d’images sur Youtube ça ne change pas grand-chose. C’est peut être mieux en fait. Le tout étant d’accepter ce changement et proposer des trucs bien et intelligents. Des trucs intelligents. Ce n’est pas facile à faire des trucs intelligents, mais si on essaie de faire un truc intelligent il y a moins de chances de faire un truc totalement imbécile. Et essayer de faire un truc intelligent c’est obligatoirement essayer de faire quelque chose de nouveau.

« Ce n’est pas facile à faire des trucs intelligents »

En essayant de faire quelque chose de nouveau on évite obligatoirement les postures. On évite de sombrer dans les modes, oui, les machins à la mode ça plait aux programmateurs et aux gens qui essaient de remplir leurs salles à la petite semaine, mais ça n’apporte pas grand-chose. Les trucs à la mode ça permet de se balader en débardeur fluo en faisant semblant d’aimer l’electropop ou le disco rock vintage, ça n’a jamais permis de réfléchir. Essayer de faire un truc intelligent c’est prendre le risque de ne pas faire quelque chose d’intelligent mais au moins ça te protège de l’imbécile. Ça marche aussi dans la vie de tous les jours. Par exemple, en ce moment, la gauche régionale (j’ai bien dit gauche donc évidemment je ne parle pas ici du parti dit socialiste) essaie de monter une liste commune pour les prochaines élections. Ils essaient de faire un truc intelligent. Pas évident qu’ils y arrivent, mais ils se protègent de l’imbécile, c’est-à-dire partir chacun de son côté et offrir une jolie triangulaire RPR/FN/PS (ne comptez pas sur moi pour dire « républicains » quand je parle de la bande Sarkozyste). Faire un truc intelligent c’est aussi, selon moi, regarder ce qu’il se fait autour de soi et piquer les bonnes idées pour servir son projet. Sache-le camarade, ils sont nombreux à réfléchir, ils sont nombreux à essayer de faire des choses bien, ils sont nombreux à changer le monde alors que le monde s’en fout. Mais essayer au milieu de ceux qui n’essaient plus c’est la base de la Révolution. Et croire en la Révolution c’est quand même plus exaltant que croire en Emmanuel Macron.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.