Philippe Bapt
Philippe
Bapt
Quelque part au fond à gauche...

Coup de cœur toulousain 2014

Quoi de neuf cette semaine? Toujours autant de haine dans ce monde, en France, même quand le président Hollande part avec la chancelière Merkel à Minsk pour tenter d’enrayer la guerre en Ukraine aux portes de l’Europe. Et jeudi soir se déroulait la soirée des trophées des Toulousains de l’année. J’avoue, j’ai aimé cette première édition. Ce dimanche j’allais m’attaquer à la rédaction de la chronique de la semaine. Chose n’est pas coutume j’ai moins bien dormi samedi soir. L’effet rebond de l’attentat au Danemark certainement. Et puis je tournais en boucle les lauréats du jeudi soir. Le dilemme personnel que je percevais était que de mon point de vue il manquait une ou deux catégories. On ne se refait pas. J’ai bientôt 42 ans dont trente passés comme bénévole, au service des autres, dans le monde associatif : caritatif, mutualiste, socioculturel, sportif et ESS. Oui à mes yeux, manquait donc ce pan de la vie. Ce bénévolat par définition si désintéressé, mais si enrichissant pour soi comme pour les autres : source et créateur de liens sociaux. Le bénévolat sur lequel comptent de plus en plus les acteurs publics. Ceux-là mêmes qui peinent à sauvegarder les moyens financiers ou logistiques pour que ce “monde” puisse exercer sereinement ses missions, en lieu et place de l’Etat, de la commune… bref ce bénévolat toulousain si dense mérite d’être mis à l’honneur. J’instaure donc le prix “coup de cœur toulousain 2014″. Compte tenu des lauréats du JT et de mes domaines de compétences , j’opte pour deux catégories : le caritatif et le sport. Pour le monde caritatif, qu’il s’agisse des Restos du Cœur et sa déjà trentième campagne ou du Secours Populaire, d’Emmaüs, etc. Le coup de cœur pour tous les bénévoles est permanent.

« Le caritatif et le sport »

Puis, ce week-end était marqué par la deuxième journée du Tournoi des Six nations de rugby. Vous savez notre religion ostentatoire, ici dans la ville rose, du vendredi soir pour le Top 14 au dimanche 17h pour les matchs territoriaux. Et bien pas un mot du résultat gagnant des féminines 10-5 en Irlande, même sur la chaîne « L’Equipe 21 » le samedi. Le sport féminin serait-il repassé aux oubliettes? Sacrée manière de marquer la saint Valentin. Il y a moins d’un mois tout le monde l’aimait. Je veux mettre donc à l’honneur l’investissement d’un jeune retraité du rugby, l’ancien stadiste David Gérard qui a réussi avec une équipe resserrée autour de lui à créer une véritable section féminine de rugby dans le plus grand club d’Europe : des rouges et noires Toulousaines. Gageons que par ces temps difficiles, les « rouges et noires » redoreront le blason d’E.Wallon. Cette avancée sportive qui permet désormais à des féminines de plus de douze ans d’arborer le célèbre ST sur le maillot, mérite d’être mise à l’honneur. Merci à celles et ceux qui travaillent pour communiquer ardemment et intelligemment autour de ces nouvelles équipes.          Les écoles de sports jusqu’aux équipes de vétérans méritent d’être mises à l’honneur pour leur implication et leur dévouement. Par exemple, j’aurais pu ainsi choisir un(e) bénévole du club de rugby du centre-ville qui continue à œuvrer sur un seul terrain privé depuis tant d’années (58) avec 400 licenciés. Heureusement la nouvelle municipalité a su voir le travail accompli avant tout autre considération comme auparavant. Mais honorer le TEC Rugby serait une erreur: un véritable conflit d’intérêts pour moi… ça ne se fait pas en tant que président-:-)

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.