Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Contre l’obsolescence politique : vive les carriéristes !

Chacun de nous est dans sa vie quotidienne confronté à des pannes matérielles : la ménagère avec ses appareils électroménagers, le bricoleur avec ses outillages, l’industriel avec ses machines, l’automobiliste avec sa voiture, l’informaticien avec son ordinateur…

C’est le résultat de la mécanisation, du vieillissement des pièces, d’une utilisation ou d’un entretien qui peuvent plus ou moins prolonger les équipements. Même le gaulois pouvait voir la roue de son char ou sa charrue se casser! Les évolutions scientifiques, techniques et technologiques apportent à la société humaine des améliorations de productivité et de confort. Cela va de pair avec une baisse des coûts qui permet au plus grand nombre d’accéder à l’utilité procurée.

Que ce soit sur une augmentation des performances ou une question d’économie, une nouvelle génération de produits remplace la précédente. C’est le marché, c’est à dire vous ou moi, qui décide du succès de ces évolutions. C’est un choix qui respecte le principe démocratique qui veut que ce soit la souveraineté individuelle qui décide en fonction des facultés économiques individuelles. Votre expérience tiendra compte notamment des pannes et de la vitesse de renouvellement pour le prochain remplacement de chaque équipement.

Sans cette loi, avaient-ils peur du complot citoyen ?

Et pourtant, certains idiots inutiles (et je reste poli), adeptes de la théorie du complot, ont inventé un mythe comme ils en ont le secret : « l’obsolescence programmée ». Ils affirment que les constructeurs d’équipements font le nécessaire pour « délibérément réduire la vie des produits ». Mais disons-leur de but en blanc : “puisque vous êtes aussi perspicaces, n’hésitez pas à créer une entreprise qui fabriquera le produit qui va tenir des années. Vous aurez ainsi beaucoup de clients…” Egrenons notre liste : la ménagère irait toujours au lavoir, le bricoleur, ah non, je m’égare, des outils sont déjà garantis à vie, les industriels réinventeraient en permanence la roue, l’automobiliste conduirait son char à bœuf, et l’informaticien compterait avec ses doigts et dessinerait à main levée ! Cela a du bon la nostalgie vous ne trouvez pas sans l’obsolescence… programmée ?

Vous n’appréciez pas l’humour ? Vous trouvez que j’exagère ? Que le complot industriel existe ? Et bien faites-vous une idée : savez-vous que nos fameux législateurs (pas d’obsolescence de carrière pour ceux-là : ils sont tombés dans la marmite de la politique quand ils étaient petits !), dont l’ignorance crasse des processus techniques alimente leur démagogie innée, viennent de voter au sein de la non moins ridicule loi sur la transition énergétique, la pénalisation du délit « d‘obsolescence programmée » . Et heureusement que le proverbe dit que le ridicule ne tue pas ! En tout état de cause, ils viennent de bricoler une loi de garantie à vie pour tous les produits, la moindre panne deviendra de l’obsolescence programmée. Les tribunaux ne sont pas assez encombrés de dossiers farfelus pour venir ajouter des batailles d’experts sans fin. Sans cette loi, avaient-ils peur du complot citoyen ?

Car gageons qu’il y en aura bien un qui trouvera que la mort humaine est une horrible obsolescence programmée ! Et qu’au nom de la lutte contre une telle horreur, il n’y a aucune raison de changer de gouvernement et de parlementaires qui ne veulent que notre bonheur ! Plus sérieusement, la démocratie a toujours été obsolète avec le pouvoir confisqué aux individus : elle est une farce politique et ne peut être réalité qu’avec le libre marché…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.