Thomas Simonian
Thomas
Simonian

Comme si de rien n’était…

Le premier sondage « Municipales 2014 » passé, on pouvait s’attendre à un florilège de réactions, voire à des changements de directions ou de stratégies pour certains. Pour le moment il n’en est rien… Alors certes en « off », on s’agite de tous les côtés, mais en « on » peu font des commentaires, et chacun continue son petit bonhomme de chemin comme si de rien n’était. Pierre Cohen et son équipe jouent la carte de l’humilité et du travail, Jean-Luc Moudenc accélère sa communication, Christine de Veyrac poursuit sa campagne de terrain et René Bouscatel ne dit toujours rien. Surprenant tout ça me direz-vous ? Pas vraiment. Changer sa stratégie de communication en pleine période de rapports de force en interne, pour chacun des candidats possibles au Capitole, reviendrait à donner des signaux de faiblesse… Tous les leaders supposés se doivent (ou pas ?) de ne montrer qu’un visage ouvert envers les Toulousains. Pour le reste, l’apparence reste imperméable à la pression, aux pressions. Mais je ne suis dupe de rien, l’homme reste homme, et malgré les égos qui font les politiques, les failles sont toujours apparentes. En ne montrant pas, ils ne mentent finalement qu’à eux-mêmes. Or, que tous se le disent… Seule la sincérité paye. Les guerres en coulisses gagnent toujours l’opinion, et n’amènent que trop rarement à la victoire. Candidats, rangez les couteaux, faites-nous partager vos ambitions et vous verrez… Vous vous sentirez mieux !

PS : Mais que serait la presse sans les bruits de couloirs ?… Bon stoppez pas totalement alors, lol !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.