Jean-christophe Nef
Jean-christophe
Nef
Quincaille culture a aimé

Clint le polémiste

Avec « American Sniper », Clint Eastwood a-t-il réalisé un film sur la guerre d’Irak ou a-t-il filmé la vie de ce tireur d’élite, Chris Kyle, dont la biographie a inspiré le film ? La polémique fait rage aux USA où l’on accuse Eastwood d’avoir réalisé un film pro-guerre ! À la sortie de la salle de cinéma, la première réaction est de se dire que le réalisateur a, de nouveau, produit un film assez exceptionnel. Et paradoxalement, c’est un sentiment inverse qui envahit le spectateur : un dégoût de la guerre, de toutes les guerres… Le film suit de manière linéaire le « Navy Seal », Chris Kyle, tireur d’élite qui est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision sauve d’innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de “La Légende”. Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu’il ne parvient plus à retrouver une vie normale. Dans le rôle de Chris Kyle, Bradley Cooper est époustouflant ! Il est de toutes les scènes et porte de bout en bout ce film à la facture classique. On lit dans ses yeux sa détermination au début du film puis de séjour en séjour en Irak, ses doutes, ses blessures, ses fêlures lorsqu’il revient “at home”…

« Il filme avec  empathie la lente dérive de son héros »

Jusqu’à cette fin, si cinématographique, si cynique, si paradoxale et qui, pourtant, est la transcription de la stricte réalité… Clint Eastwood a donc réalisé un film, un bon film; il filme avec  empathie la lente dérive de son héros, ne réalisant ni un film pro-guerre ni un film anti-guerre mais un portrait sensible et émouvant d’un homme pris dans la tourmente de l’histoire…. American Sniper a été nommé six fois aux Oscars, Bradley Cooper dans la catégorie “meilleur acteur” !

Une pièce de théâtre, « Bésame Mucho », à ne pas manquer le 7 mars à l’Espace Job ; un spectacle créé par la jeune compagnie « Les Points Nommées » : née, courant 2013, d’une envie commune de faire du théâtre. Comme elles le disent elles-mêmes, elles ont fondé cette compagnie pour : « Créer et jouer, partager et raconter, pour revenir à une certaine simplicité. Un retour au jeu et à la fiction pour dire des choses du quotidien, représenter des instants de vie à travers lesquels chacun pourrait retrouver un peu de soi. » Bésame Mucho est le récit d’un souvenir. Celui de l’enfance de Clara. Celui d’une filiation brisée. Bésame Mucho est le récit d’une vie. Celle de Mercedes, mère aimante. Celle de Mercedes, femme battue. Bésame Mucho est le récit de retrouvailles rêvées entre une enfant devenue femme et une femme disparue. Entre une fille et sa mère. (Les Points Nommées)

Et bien sûr, la programmation de cette pièce la veille du 8 mars, Journée de la Femme, n’est pas un hasard !

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.