Yoann Rault-Wita
Yoann
Rault-Wita
Militant pour les valeurs de droite

Cette gauche toulousaine moralisatrice qui se permet tout !

A Toulon, en mai 2012, Nicolas Sarkozy évoquait « cette gauche qui fait la morale aux autres mais qui ne se l’applique jamais à elle-même, cette gauche qui ne passe rien aux autres mais qui se permet tout. » A Toulouse, plus qu’ailleurs, c’est cette gauche harangueuse qui explique, alors qu’elle en est souvent l’instigatrice, que la course au Capitole est une campagne de caniveau. Vraiment ?
Que dit Monsieur Briançon, Directeur de campagne du maire sortant, en parlant de Jean-Luc Moudenc ? Qu’il « n’a toujours pas compris que nous étions au XXIème siècle et que les années 80 étaient terminées. Avec lui ce serait la fin de l’ambition. »

Que répète Monsieur Carreiras, colistier du maire sortant ? «Mais il est où ? Mais il est où l’projet Moudenc ? »

Qu’écrit Monsieur Cohen sur les tracts de la liste socialo-communiste ? Que les « propositions » de la droite toulousaine « porteraient atteinte aux valeurs républicaines de Toulouse » (rien que ça !)

On se demande qui fait une campagne de caniveau…

Pour qui se prend cette gauche toulousaine ? Qui est-elle ?

Qui est-elle cette gauche qui refuse le débat devant les Toulousains ?

Pierre Cohen, comme l’ensemble des têtes de listes, était invité à débattre il y a quelques semaines sur le plateau de France 3. Il refusa et c’était son droit. Mais pourquoi, quelques semaines plus tard, venir expliquer à grand coup de communiqués de presse que « pour ma part, je l’ai dit et je le répète : je n’accepterai de participer à̀ un débat que s’il réunit l’ensemble des têtes de listes. »

 

De qui se moque-t-il ? Considère-t-il que les Toulousains ne voient pas sa volonté de fuir le débat pour éviter d’avoir à répondre de son bilan ?
Le standing des conférences de presse doit être agréable mais c’est devant l’ensemble des Toulousains que Pierre Cohen devra s’expliquer.
Qui est-elle cette gauche qui a laissé à l’abandon les quartiers de Toulouse et qui tente aujourd’hui de renouer le dialogue avec les habitants ?

Privilégiant le centre-ville toulousain, la municipalité sortante a complètement délaissé les quartiers populaires de notre ville. L’exaspération des habitants de ces quartiers s’intensifie et la municipalité sortante le sait. Le bilan de la gauche locale dans les quartiers sensibles se résume à 150 emplois d’avenir créés et elle ose venir s’en féliciter.
Qu’avez-vous fait de Bellefontaine, du Mirail, de la Reynerie, d’Arnaud Bernard ? Quels moyens avez-vous donnés à ces quartiers riches de talents et d’ambitions ?
Continuez à arpenter ces quartiers, campagne électorale oblige, pour expliquer que vous allez réaliser au cours d’un prochain mandat ce que vous n’avez pas fait en 6 ans. Les habitants trancheront.

Qui est-elle cette gauche qui prétend décider de notre quotidien mais qui n’a rien fait pour améliorer notre qualité de vie ?

6 ans pour installer 4 caméras de vidéo-protection, 6 ans pour réaliser 3 kilomètres de tramway, 6 ans pour renouer avec la dette, 6 ans pour supprimer les patrouilles de nuit de la police municipale, 6 ans de trop.
Par dogmatisme, loin des réalités du quotidien, la municipalité sortante a décidé pour vous que les voitures n’avaient plus rien à faire en ville, que votre sécurité ne la concernait pas ou encore que la propreté de la ville était accessoire.
A l’image du Hollande-candidat qui expliquait que le changement était « pour maintenant », Pierre Cohen explique que « Toulouse Avance ».
Les slogans politiques n’étoufferont pas la réalité du quotidien. Qui pourrait aujourd’hui croire à un changement du Président Hollande ? Qui pourrait aujourd’hui croire qu’avec Pierre Cohen, Toulouse pourrait avancer ?
Qui est-elle cette gauche désunie et divisée qui se comporte en grande rassembleuse ?

 

Pas moins de 7 listes de gauche sont présentes dans cette course au Capitole, des écologistes au Front de Gauche, l’ensemble des composantes de la gauche dresse un bilan sans appel sur la gestion du maire sortant mais Pierre Cohen s’enroule dans un drap de vertu depuis quelques semaines pour expliquer que la gauche est rassemblée et unie derrière lui.
De qui se moque-t-il ? Pourquoi ne pas assumer les grandes divergences qui existent aujourd’hui entre lui et ceux qui étaient à ses côtés en 2008 et qui préfèrent quitter le navire en 2014 ?

Pierre Cohen pourra toujours continuer à dénigrer ses anciens amis de gauche, refuser de débattre, jeter l’anathème sur Jean-Luc Moudenc, faire sa propagande sans répondre aux contradictions et expliquer que cette campagne n’est pas digne, les Toulousains ne seront pas dupes les 23 et 30 mars prochains et sauront quel maire choisir ! A bon entendeur.

 

Yoann Rault-Wita

Militant pour les valeurs de la Droite


UN COMMENTAIRE SUR Cette gauche toulousaine moralisatrice qui se permet tout !

  1. Uri dit :

    On remarquera les progrès de YRW, plus d attaques personnelles et on ne peut qu espérer que d ici quelques mois il arrive à nous présenter le programme de son champion.

    Débattre c est pas mal, mais avoir un programme c est mieux…

    Uri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.