Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

C.I.C.E.

Quatre lettres miraculeuses pour le gouvernement. Le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi est juste un énième bricolage fiscal. Chez les dirigeants politiques et les journalistes, il n’est pas rare d’entendre des stupidités du genre : « le CICE a coûté 11,4 milliards à l’Etat en 2015, et coûtera 18 milliards l’année prochaine ».

Gardons notre calme. Le CICE ne coûte rien à l’Etat car l’Etat ne crée rien de volontairement consenti. Il ne gagne donc pas d’argent en échange de ses services. Ses services, il nous oblige à les utiliser. Pour les financer, il nous impose de les payer. C’est à chaque Français spolié que cela coûte, à ceux qui ne vivent pas du butin fiscal.

« Ce n’est pas de la justice, c’est de l’arbitraire »

Prendre de force (donc voler) 100 à quelqu’un et lui demander de dire merci parce qu’on lui en redonne 25 en prétendant que ces 25 sont un coût pour le voleur, il n’y a que la propagande étatique pour oser une telle arnaque. Camus disait “Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde“. Il n’avait pas tort. Car avec la fiscalité, l’Etat spolie une majorité pour donner à une minorité, surtout ses amis. Ainsi les six premiers bénéficiaires du CICE sont des entreprises publiques ou avec une forte présence de l’Etat au capital.Ce n’est pas de la justice, c’est de l’arbitraire, de la connivence, du clientélisme d’Etat. La masse des plus petits est exclue du dispositif CICE. Eux sont bons à payer 100 afin de permettre aux plus gros de ne payer que 75.

Là où l’escroquerie devient risible, c’est sur la belle rhétorique gouvernementale : « Le CICE a pour objectif de redonner aux entreprises des marges de manœuvre pour investir, prospecter de nouveaux marchés, innover, favoriser la recherche et l’innovation, recruter, restaurer leur fonds de roulement ou accompagner la transition écologique et énergétique grâce à une baisse du coût du travail. »

Quand ce dispositif est limité aux salaires inférieurs à 2,5 fois le SMIC, vise-t-on sérieusement les entreprises investissant en R&D ? Quand on sait que les grandes entreprises récipiendaires du CICE réduisent leurs effectifs pour s’adapter à leur marché sans avenir, vise-t-on sérieusement les entreprises innovantes qui recrutent et ouvrent de nouveaux marchés ? Le CICE ? Une nouvelle usine à gaz qui occupe des fonctionnaires et favorise des entreprises bureaucratiques. Si la définition ci-dessus se veut exacte, la seule et unique manière de réduire le coût du travail est la baisse unilatérale des taux de charges pour toute entreprise, ou mieux, un transfert en revenu du travail.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.