Jean-christophe Nef
Jean-christophe
Nef
Quincaille culture a aimé

Bonne Année 2016, bien sûr !

En ce début d’année 2016, il est donc habituel de se souhaiter une bonne année ; comme on va le répéter pendant encore quelques jours, on a jusqu’à la fin du mois de janvier pour le faire… Et il n’est pas difficile de se souhaiter une meilleure année 2016 que ne le fut 2015… En effet, cette année 2015 restera dans nos mémoires comme celle de l’horreur, horreur répétée par deux fois en janvier puis en novembre… Et à chaque fois, c’est la barbarie qui a frappé en plein cœur de Paris. Tout d’abord les journalistes et dessinateurs de Charlie Hebdo, sans oublier les policiers… Comme un symbole, ces terroristes voulaient faire taire la liberté d’expression… Mais ils avaient oublié qu’au pays de Voltaire, ce n’est pas avec des Kalachnikovs que l’on fait taire les hommes libres… Puis ce fut cet horrible mois de novembre où de lâches illuminés fusillèrent au hasard des spectateurs d’un concert, des clients de bistrot… Là encore, toute la France fit front pour dire non à ces agissements… Alors le débat actuel sur la déchéance de nationalité peut sembler pitoyable et malsain par rapport à ces tragédies et à la situation du pays, toujours en guerre contre le terrorisme…

« L’année 2015 a été pauvre en événements de qualité dans la ville »

Et dans ces deux attentats, en janvier et en novembre, ce fut, et ce n’est pas un hasard, la culture qui fut visée… Il ne faut donc pas baisser la garde… On ne peut souhaiter pour 2016 plus de bons livres, plus de bons disques, plus de bons films, plus de bons spectacles que ce soit des concerts ou des pièces de théâtre…

Sur le plan strictement toulousain, il est difficile de souhaiter autre chose qu’un peu plus de culture dans la cité, tellement l’année 2015 a été pauvre en événements de qualité dans la ville. Pas de festival de musique actuelle, pas de festival de cinéma digne de ce nom, pas d’exposition majeure (on retiendra la déception de l’expo Picasso !).

Alors bonne année 2016, qu’elle puisse vous apporter tout ce que vous pouvez désirer… Et je vous abandonne avec les paroles de la chanson de Félix Leclerc, qui me semblent douloureusement d’actualité :

Quand les hommes vivront d’amour
Il n’y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous, nous serons morts, mon frère
Quand les hommes vivront d’amour
Ce sera la paix sur la terre
Les soldats seront troubadours
Mais nous, nous serons morts, mon frère

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.