Brice Christen
Brice
Christen
Le cynisme aggravé

Big Minister

Georges Orwell l’avait écrit, Manuel Valls l’a fait. Je ne pensais pas un jour associer ces deux noms dans une même phrase, ça ressemble à un oxymore, mais depuis que Manu peut nous surveiller jusqu’aux toilettes, j’essaie d’être sympa avec lui. On va donc nous espionner, écouter nos appels, surveiller nos mails et lire nos textos. J’avoue que sur le papier c’est pas vraiment bandant comme situation. Limite un peu liberticide. Et vous allez faire quoi pour vous rebeller ? Moi j’avoue pas grand-chose, j’ai eu l’intelligence de troquer mon iPhone il y a bien longtemps contre un pigeon voyageur. Le subterfuge a tenu deux mois et le pauvre animal s’est suicidé en survolant une centrale nucléaire. Puisqu’on parle de pigeons, intéressons-nous à la réaction probable des Français. Solution 1 : comme en janvier, vous allez descendre dans la rue, crier votre indignation, quelques individus dépourvus de cerveau vont casser les vitres des banques, suppôts du capitalisme, et rentrer chez eux le soir manger des pâtes devant The Voice. Et puis, un mois plus tard, vous n’y penserez plus parce qu’il y a la finale de la Ligue des Champions ou la nouvelle saison de Secret Story. Solution 2 : vous allez attendre que quelqu’un se bouge pour lancer le mouvement et le suivre dans un rare esprit collectif. C’est probablement le choix le plus plausible. Solution 3 : vous n’allez rien faire, opter pour le fatalisme et vous dire qu’après tout, c’est pas si grave.

« Une telle mesure devrait faire naître un sursaut collectif libertaire »

Personnellement, j’opterais pour cette dernière solution. Pas par lâcheté (même si un peu quand même ) mais parce que je ne me réveille pas aujourd’hui au lendemain du vote d’un Patriot Act à la française. Nous sommes surveillés depuis un sacré bout de temps par la NSA et autres services de renseignements dans le monde. C’est un scandale me direz-vous : remerciez surtout les satellites, vos téléphones, vos tablettes, vos e-mails, vos messages, vos discussions, votre carte tisséo qui enregistre vos déplacements, et en gros, tout ce qui est électronique autour de vous. Une telle mesure devrait faire naître un sursaut collectif libertaire, levons-nous et défendons notre liberté tous ensemble. C’est un scandale que d’être ainsi épié non ? Peut-être. Mais avant de geindre, souvenez-vous que vous êtes inscrits sur Facebook, Twitter, Instagram, Gmail, que vous avez rentré des informations personnelles sans que personne ne vous y force, que vos codes de carte bleue sont enregistrés sur le net parce que vous vouliez cette paire de basket sur Zalando (ça t’apprendra à être « sneakeraddict », YOLO) que vous postez des photos de vos fringues, de ce que vous mangez et buvez, de ce que vous aimez et n’aimez pas et des selfies de vous dans toutes les positions. Quand vous arrivez dans un resto, vous ne mangez pas, vous vous taguez sur un réseau social pour montrer aux autres, À TOUS LES AUTRES, Y COMPRIS LES INCONNUS, que vous avez un semblant de vie sociale. Alors est-ce que cette loi va vraiment changer quelque chose pour la génération Y ou Z ou quelle que soit votre lettre, tant vous voulez de l’attention pour le moindre de vos faits et gestes ? Désormais c’est le Premier ministre en personne qui vous surveille. Elle est pas belle la vie ?

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.