Alex Lekouid
Alex
Lekouid
L comme Lekouid

AU NOM DE LA LOI DES SÉRIES

Si je vous dis qu’il y a des matins où l’on ferait mieux de rester au lit, je suis sûr que vous êtes d’accord avec moi. C’est fou comme parfois les événements s’enchaînent, où devrais-je dire, se déchaînent contre nous ; comme si quelque part, une force maléfique avait décidé de nous pourrir la vie, juste pour le plaisir. Voici un exemple: après plusieurs tentatives et désillusions, je réussis à décrocher un tête-à-tête avec le producteur de spectacles du moment. La veille, je me couche bien décidé à le convaincre de me produire, mais fatigué par ma nuit agitée, je me réveille trop tard, me prépare en catastrophe et me retrouve coincé dans les embouteillages. De plus, ma voiture chauffe à l’arrêt et dans les bouchons je n’arrive pas à prendre de la vitesse pour refroidir le radiateur. L’aiguille de la température du moteur monte à vu d’œil, le temps s’écoule inexorablement, l’angoisse me fige et la chaleur de l’été me fait transpirer dans mon costume neuf. Puis arriva ce qui devait arriver, les dératés, la fumée et la panne sur le bas-côté. Je téléphone à mon mécano pour remorquer ma vielle guimbarde et lui demande de m’apporter un véhicule de prêt ; il faut absolument que je sois à ce rendez-vous, mon destin en dépend. Une heure plus tard, au volant de l’auto couverte de la publicité du garage, je stationne comme je peux. Je cours jusqu’à l’adresse, je sonne, j’entre, j’appelle l’ascenseur et finis par monter l’escalier. Devant la porte, je prends une minute pour m’éponger, je respire profondément, frappe et pénètre déterminé dans les bureaux. J’explique à la secrétaire les raisons de mon retard, me confonds en excuses et insiste pour rencontrer son patron. Avec un grand sourire et à la manière d’une hôtesse de l’air : « Ne vous inquiétez pas monsieur, vous n’avez rien raté, c’est demain à 10h que vous êtes attendu. » Sonné mais soulagé, je décide d’aller boire un verre pour reprendre mes esprits, quand j’aperçois un policier près de mon véhicule mal garé. Je me précipite, j’explique, j’argumente, je supplie mais rien à faire, le fonctionnaire me sermonne en me donnant la contravention. Énervé, je lis la contredanse ; surpris, je fronce les sourcils ; étonné, je regarde autour de moi et me mets à rire intérieurement. Puis en imitant l’hôtesse d’accueil que j’avais préalablement rencontrée, je m’adresse au gardien de la paix. « Excusez moi, vous avez oublié de compter les pneus lisses, l’essuie-glace arrière manquant et je crois que, oui c’est ça, la vignette d’assurance n’est pas à jour, alors faites votre travail, verbalisez ! » Le polisson offusqué empoigne son stylo en répliquant « ah vous le prenez comme çà : très bien, vous récupérerez donc votre véhicule à la fourrière et voici les, 1, 2, 3 contraventions que vous m’avez demandées. Autre chose pour votre Service ? » Je traverse lentement la chaussée : « Oui monsieur le fonctionnaire, je veux vous dire que vous n’arriverez pas à me pourrir ma journée, vous savez pourquoi ? Hé bien parce que je n’ai pas raté mon rendez-vous, parce qu’il fait beau et surtout parce que ce n’est pas ma voiture que vous embarquez. La mienne est de la même couleur, du même garage, aussi mal garée, mais elle se trouve de l’autre côté de la rue, je les ai confondues ! Apparemment je ne suis pas le seul à avoir été dépanné ce matin, bonne journée monsieur le pas d’pot-licier.» Vous voulez savoir ? mon entretien du lendemain s’est très bien passé et mon tacot a été réparé. Au diable la loi des mauvaises séries, il y en a assez à la télé…

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.