Laure Durand
Laure
Durand
Militante de gauche

Allo, Freud ? Ici la « social-démocratie » (1/2)

 

Hormis le Parti Socialiste qui, par un réflexe de survie psychique bien naturel, s’accroche à l’idée de l’auto-réincarnation pour une vie éternelle, toute personne à peu près sensée connaît les effets définitifs d’un suicide réussi. La politique actuellement conduite en France est dramatique pour la gauche qui va devoir se recomposer sur un échiquier politique dont le centre de gravité s’est lourdement déporté vers la droite dure. Pas seulement sur le plan des idées, avec la soumission au diktat de l’oligarchie libérale, mais aussi dans la pratique même du pouvoir : autoritaire, et tout tourné vers l’obéissance au chef, sorte de sauveur suprême auto-proclamé, investi d’une mission historique de « réformisme » et autre « modernisation », menée envers et contre tout. Contre toutes et tous surtout. Si la fin du PS comme pivot de la gauche française est dramatique, elle n’est pas une surprise. Porter au pouvoir et soutenir aveuglément un dirigeant qui rompt le pacte moral passé avec le peuple, c’est également la trajectoire qu’ont empruntée d’autres partis de gouvernement de gauche en Europe, avec l’issue que l’on sait. En Espagne, un PSOE totalement corrompu et quasiment inaudible, obligé de se soumettre à la société du spectacle en orchestrant un casting de jeune premier pour faire face au durcissement du conservatisme rétrograde d’un côté et à l’organisation sérieuse des Indignés autour de Podemos de l’autre. En Italie, largué par l’implantation tenace d’un Bepe Grillo, un Parti Démocrate totalement déboussolé, sommé d’opérer sa mue par l’entremise d’un jeune « réformiste » séduisant, -là encore- et maintenu sous perfusion pour une illusion démocratique, dans un pays gouverné en réalité par la Commission européenne.

“Une vraie alternative à l’Imperium dur de Merkel”

Est-il nécessaire d’évoquer le cas du Pasok grec, tombé à moins de 15% des suffrages, premier responsable de la faillite du pays et de l’émergence d’une extrême droite nazie alarmante, distancé durablement par la gauche radicale et contraint de dévoiler sa véritable nature en s’alliant avec la droite grecque ? Ne parlons pas non plus du SPD, qui préfère depuis longtemps « être dedans pour peser »- pas lourd mais peu importe : mettre en place un SMIC au ras des pâquerettes qui était de toute façon inéluctable, tout en empêchant l’émergence d’une vraie alternative à l’Imperium dur de Merkel dans une Allemagne qui se paupérise honteusement. Chaque jour qui passe nous inflige les affres d’une agonie d’autant plus grotesque qu’elle n’est pas perçue par le mourant, faisant ainsi songer à ces canards qui courent encore, une fois la tête coupée. Car pour ce qui est d’avoir perdu la tête, il n’y a qu’à voir cette majorité d’élu-es et de militant-es qui applaudissent au transfert psychique du PS et à l’abandon de son surmoi de gauche. C’est ici un 1er secrétaire, dont les éléments de langage semblant tout droits sortis de ceux de l’UMP la plus stupide –c’est dire- sont repris en chœur, et qui se félicite presque du deuxième effet kiss cool de la débandade ; là, un ministre du travail qui, après tout, hein, cessons d’être passéistes et archaïques, nous dit en substance que la droite a raison, celle qui veut flexibiliser sans sécuriser, revoir le code du travail, ouvrir le travail le dimanche, et bientôt, soyons en certain-es, accepter de supprimer quelques jours fériés pour finir d’ici peu par accepter le retour au XIXème siècle que le Medef appelle de ses vœux avec de plus en plus d’insistance.

 

En ce moment, il n’est pas besoin d’interprétation savante pour voir que se réalisent les rêves les plus fous d’une droite pourtant chassée avec fracas, laminée par la corruption, conspuée par la majorité des Français-es : c’est la « gauche » de gouvernement qui se charge de faire tomber tous les tabous et qui permet, ce faisant, de remettre la droite sur notre divan avec son lot de manipulateurs et de pervers narcissiques.

 

La suite de l’analyse la semaine prochaine…

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.