Jean-christophe Nef
Jean-christophe
Nef
Quincaille culture a aimé

A Paris : Koons, Bonnard et Swann…

Quelques jours, encore, à Paris, pour visiter deux expos et rencontrer la chanteuse Swann.

Swann est une jeune chanteuse parisienne qui prépare actuellement son deuxième disque ; j’ai eu la chance de la rencontrer et de pouvoir l’interviewer. Elle m’a confirmé sa collaboration avec Dan Black (l’ancien leader du groupe « The Servant ») qui va apporter un son électro sinon hip-hop à l’album. Cet album va être enregistré au Pays De Galles en anglais (sauf deux chansons en français!). L’ambiance de cet album devrait être plus rock, moins folk que le premier… Swann devrait revenir chanter très bientôt à Toulouse… On attend ce concert et le disque avec impatience…

L’exposition Jeff Koons, au Centre Pompidou, est la première rétrospective majeure consacrée, en Europe, à l’œuvre de l’artiste américain, de 1979 à nos jours.  Les critiques sont vives et acerbes envers cet artiste… Pourtant personnellement, j’aime son travail.  Il est, pour moi, un des derniers artistes “pop” vivant et j’adore la dérision et l’autodérision de ses œuvres. Jeff Koons est devenu l’un des artistes contemporains les plus importants tout en demeurant parmi les plus critiqués. Depuis 35 ans, il explore de nouvelles approches de l’art, jouant de la lisière entre culture des élites et culture de masse, poussant les limites de la fabrication industrielle et changeant le rapport des artistes au culte de la célébrité comme aux règles du marché.

« J’ai été immédiatement séduit »

La rétrospective Pierre Bonnard (1867-1947) réunit des œuvres venant des musées du monde entier et de collections privées créant un rassemblement de tableaux jamais vus ensemble… Je dois avouer que je ne connaissais pas bien ce peintre mis à part les chefs-d’œuvre que l’on retrouve dans les livres d’art. Et j’ai été immédiatement séduit par ce mélange de romantisme, de couleurs… Bonnard peint et fait ressentir ses sentiments, fait passer ses émotions dans la toile…

Au fil des salles, nombreuses, on ressent l’originalité et la personnalité de Bonnard, loin de toute école ou mouvement pictural. “C’est vrai qu’il est resté à l’écart de tous les mouvements, il n’a pas été impressionniste, il n’a pas non plus rejoint le fauvisme, le cubisme. C’est un artiste qui est resté lui-même, en marge de toutes ces avant-gardes” comme l’a déclaré à la télé, Isabelle Cahn, conservateur en chef au musée d’Orsay. Si vous en avez l’occasion, si vous allez à Paris, une exposition à ne pas manquer !

L’exposition dure jusqu’au 19 juillet 2015 au Musée d’Orsay à Paris.

À Toulouse, voir  l’exposition Pierre Boillon à la galerie Palladion, du 20 mars au 25 avril 2015. Histoires d’eau, un travail photographique sur l’eau et les colorants.

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.