Philippe David
Philippe
David
L'esprit libre

1984, 2000, 2016 ?  

Le premier tour de l’Euro de football est fini et la France s’est qualifiée en terminant première de son groupe qui n’était pas composé de cadors du football sauf à considérer que l’Albanie, la Roumanie et la Suisse en fassent partie ce qu’aucun commentateur sérieux ne se hasardera à faire.

Reste que cet Euro à 24 aura permis de découvrir quelques surprises comme l’Islande, un peu plus de 300 000 habitants, qui s’est permis de tenir le Portugal en échec avant de se faire rejoindre dans les dernières minutes par la Hongrie.

On retiendra aussi les Gallois qui disputaient leur première phase finale de grande compétition depuis 1958, année où ils furent éliminés en quart de finale par le Brésil au sein duquel un jeune joueur disputait son premier match de coupe du monde à 17 ans. Il s’appelait Edson Arantes do Nascimento mais il est plus connu sous le nom de Pelé…

Le pays de Galles dont les supporters, les vrais, ceux qui font la fête, fraternisent et chantent dans les stades ont égayé les rues de Toulouse ces derniers jours, notamment après le 3-0 contre la Russie au Stadium, Russie dont on préfère oublier les supporters en pensant à la prochaine coupe du monde qui se jouera dans le pays des Tsars…

« Un 8e de finale qui va opposer l’Espagne à l’Italie nous mettant déjà l’eau à la bouche »

On a vu aussi les absents lors de ces premiers matchs du championnat d’Europe, comme Cristiano Ronaldo, fantomatique mais pour qui tous les espoirs sont permis puisque, bien que fantomatique à la coupe du monde 2014, il avait cette année-là remporté le ballon d’or.

Une autre star du football mondial a, elle, foulé la pelouse du Stadium puisque Zlatan Ibrahimovic est venu avec la Suède perdre dans les dernières minutes contre la Squadra Azzura. Zlatan qui a annoncé sa retraite internationale à la fin de l’Euro, retraite qu’on imaginait déjà prise puisqu’en deux matches il n’a pas frappé une fois au but ce qui est statistiquement problématique pour un attaquant de pointe qui était, je le cite, « arrivé en France comme un Roi et en repart comme une légende ». Le fait qu’il marque des buts dans les grands matchs étant vraiment une légende.

On va maintenant passer aux choses sérieuses avec les matchs à élimination directe, un 8e de finale qui va opposer l’Espagne à l’Italie nous mettant déjà l’eau à la bouche…

Allez, rêvons en cette période morose d’un tiercé gagnant pour l’équipe de France… Seize années s’étaient écoulées entre les deux triomphes français à l’Euro puisqu’ils avaient eu lieu en 1984 et en 2000. Et 2000 plus 16, ça fait 2016, non ?

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.