[Dossier] Les solutions pour savoir réagir au harcèlement

Pour aller plus loin, la rédaction met en lumière des initiatives sur le thème de la semaine. Des applications et des conseils pour savoir réagir face au harcèlement.

Par Fabrice Bacquet

Rentrer en copiétonnage

Copietonnage
©DR

L’application “Chaperon” propose de mettre en relation ceux qui rentrent seuls de soirée et des personnes volontaires pour les raccompagner. Fabien Boyaval, développeur de 32 ans, veut endiguer le sentiment d’insécurité. Le Montpelliérain a donc inventé le copiétonnage. Les personnes qui veulent se déplacer en toute quiétude, les “chaperonnés”, s’inscrivent et lancent une recherche de “chaperons”. Il est alors possible de choisir entre plusieurs profils vérifiés au préalable. Ceux qui offrent leurs services reçoivent alors une notification. L’accompagnement peut être payant ou non. En l’absence de chaperons, les utilisateurs suivant des itinéraires proches sont mis en contact.

Disponible gratuitement sur l’App Store et le Google play

 

Comment réagir au harcèlement en tant que témoin ?

metro bonde Toulouse
©CredicMartinez

Beaucoup de témoignages de victimes de harcèlement de rue de victimes révèlent l’absence de réactions des personnes présentes. L’entraide serait la plupart du temps inexistante, chacun craignant d’aggraver la situation. Quelle attitude adopter ? Il n’est surtout pas question de se prendre pour un héros. La priorité est de mettre en sécurité la victime et les autres témoins. Une technique consiste à faire croire à l’agresseur que l’on connait l’agressée, en se faisant passer pour un proche ou un ami. Distraire le harceleur pour permettre à la victime de s’enfuir est aussi une solution. Enfin, il ne faut pas hésiter à rechercher l’approbation et le soutien des autres personnes présentes.

Plusieurs conseils sur le site : http://projetcrocodiles.tumblr.com

« Non c’est non », d’Irène Zeilinger, disponible gratuitement en ligne sur www.editions-zones.fr

 

Des applications pour s’en sortir

hands away
JT

Plusieurs applications smartphone se veulent une première solution aux violences sexuelles, qu’elles soient morales ou physiques. L’association Résonnantes a ainsi lancé “App-elles” pour alerter, en parler ou agir. Grâce à ce dispositif, les victimes peuvent instantanément prévenir trois de leurs amis proches. Une photographie instantanée et les positions GPS sont ajoutées automatiquement au message d’alerte. De son côté, HandsWays incite les témoins de situation de harcèlement à devenir des “Street Angel” en dénonçant et signalant les problèmes.

App-Elles est disponible gratuitement sur le Google Play

Handsaway est téléchargeable gratuitement sur l’App Store et sur le Google Play

 

 

Et si je déposais une plainte ?

déposer plainte
©ArchivesJT

Les remarques sexistes et désobligeantes subies dans la rue sont-elles reconnues par la loi ? Les textes parlent effectivement du harcèlement et le définissent comme le «fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui soit portent atteinte à sa dignité, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. » Dans ce cadre-là, il est possible de déposer plainte jusqu’à 3 ans après le fait, que cela soit pour des gestes ou des propos inappropriés.

www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/


 

À lire également dans le dossier de cette semaine :

 

Harcèlement de Rue : la riposte s’organise

 

Une femme engagée contre le harcèlement de rue

 

3 actions de Tisseo pour “réduire” le harcèlement de rue

 

Repenser la ville pour plus de mixité

 

L’autodéfense pour reprendre confiance

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.