[Escapade] Dolce Vita dans une Vénétie secrète, premier épisode

RotondaPour fêter le printemps, le JT vous emmène en Italie et, tout près de Venise, dans une Vénétie secrète et préservée, douce et gourmande. A Trévise, Vicence, Padoue et Abano, escapade  Dolce Vita entre tiramisu, eau thermale et villas palladiennes. Première étape du circuit.

 

En Vénétie, il y a Venise, la Sérénissime, à qui vont tous les honneurs et les coups de cœur. Mais, dans l’ombre de la cité lacustre, la gourmande Trévise, la savante Padoue, la vibrante Vicence, l’aquatique Abano et les villas palladiennes qui parsèment la campagne ont un charme fou et une douceur de vivre toute italienne. L’occasion de découvrir cette autre Vénétie, loin des itinéraires touristiques et des sentiers battus.

 

Trévise, berceau du Tiramisu

En s’éloignant un peu de Venise et de sa lagune, Trévise, bastion avancé protégeant la Sérénissime du temps de sa splendeur, s’abrite encore derrière ses murailles. Avec ses canaux et ses jolis jardins, c’est une ville si calme que même les cygnes semblent s’endormir au fil de l’eau. Mais derrière ce calme apparent, se cache l’agitation des cuisines. C’est ici qu’on cuisine à toutes les sauces la fameuse salade de Trévise, sorte de chicorée rouge, qui colore les assiettes locales de l’antipasti au secondi piatti. Mais l’autre trésor culinaire que revendique Trévise est le mythique Tiramisu ! Inventé ici, et ne vous avisez pas d’en douter, le Trevegiani est lunatique et fier de son gâteau, mis au point, dit-on, dans une auberge locale en 1970. A l’origine, c’était un dessert aux vertus de « remontant », tant pour les enfants rentrant de l’école que pour certains messieurs volages fréquentant les dames de mœurs légères… La légende étant difficile à vérifier, il ne reste qu’à goûter le mets, simplement composé de bon mascarpone, de jaunes d’œufs et blancs battus, de biscuits à la cuiller savamment alignés et arrosés de café, le tout saupoudré de cacao…

 

Balade architecturale à Vicence

Changement de décor et d’ambiance à Vicenza, la ville d’Andrea Palladio, le célèbre architecte des villas palladiennes. Inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco, le centre de Vicenza et les Villas alentours célèbrent le faste de la Renaissance et écrivent le livre des expérimentations architecturales, novatrices pour l’époque, de Palladio. Inspirés des temples romains et aux proportions calculées selon des règles mathématiques, dotés de portiques, loggias et colonnades, les bâtiments de Palladio sont harmonieux, fonctionnels et agréables à vivre, tout en s’intégrant dans leur environnement, souvent un grand parc planté de cyprès et oliviers pour les villas des riches propriétaires.

Dans le centre de Vicenza, Palladio a conçu l’extraordinaire Teatro Olimpico, sa dernière réalisation inaugurée en 1585 qui prend place dans l’enceinte d’un ancien château du XIIIe siècle : c’est un lieu unique et magique, un théâtre de bois qui parait de pierre et de marbre, aux perspectives et trompe-l’œil suggestifs, et où l’on s’assoit avec respect sur des gradins qui ont abrité plusieurs siècles de spectateurs. Un peu plus loin, la Basilica Palladiana, loin d’être un lieu de culte, est un paquebot de pierre aux proportions encore savamment calculées pour donner l’illusion de la parfaite symétrie : amarrée sur la place centrale, c’est le lieu où se retrouve le Tout-Vicenza pour aller voir une expo ou boire un verre, aux beaux jours sur la magnifique Terrazza qui domine la cité. Digne héritière de l’héritage palladien, Vicenza l’est aussi de l’art de vivre à l’italienne, et ses bars et trattoria au fils des rues où il fait bon flâner et des piazza animées de musiciens sont autant de prétexte à savourer les lieux.

Comme aimaient le faire, peut-être, les habitants des villas palladiennes ? La Villa Rotonda, construite par Palladio en 1570, est la plus célèbre et admirée des Villas Palladiennes. Dressée en croix grecque sur une colline à la sortie de la ville, la Villa Almerico Capra Valmarana a inspiré la Maison Blanche et est le monument le plus copié au monde. Avec sa coupole semi-sphérique et ses pronaos ioniques, elle s’impose dans le paysage avec élégance et symétrie et représente un des exemples les plus aboutis de la quête de Palladio : honorer l’art de la construction antique et unir l’architecture à la nature.

 

Suite de l’échappée italienne la semaine prochaine dans le JT !

 

 

Informations

 

Trévise

Un restaurant-bar à vins à la terrasse romantique au bord d’un canal et à l’ombre d’un moulin : Odeon alla Colonna (www.odeanlacolonna.it)

Un hôtel au calme, le Best Western Villa Pace Hotel Bolognese, au cœur d’un parc avec piscine

 

Vicenza

A visiter : le Teatro Olimpico, émouvant et magnifique

A voir : l’exposition « Tutankhamon Caravaggio, Van Gogh : une vision de la nuit du temps des Egyptiens au XXe siècle » du 24 décembre 2014 au 2 juin 2015 à la Basilica Palladiana

 

Dormir dans une Villa Palladienne ?

Au milieu d’un village et de collines de carte postale, entre vignes, cyprès et oliviers : La Villa dei Vescovi offre deux appartements pour profiter de l’ambiance magique des lieux (et de la Villa entière quand elle désertée par les touristes)

www.landmarktrust.org.uk

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.