3 méthodes pour retrouver un sommeil de qualité

Phytothérapie, sophrologie, thérapie comportementale et cognitive, le JT a sélectionné trois méthodes non médicamenteuses pour mieux s’endormir et retrouver un sommeil de qualité. Des techniques surtout efficaces dans le cadre d’un accompagnement médical.

© DR
© DR

La phytothérapie

Les plantes médicinales n’ont pas la puissance pharmacologique des médicaments, mais n’en possèdent pas les inconvénients (perte de la mémoire, abrutissement, accoutumance, etc.). Elles sont donc une bonne solution en cas de troubles du sommeil modérés. La valériane, l’eschscholtzia et la passiflore sont notamment conseillées pour leurs propriétés sédatives. Sous forme d’extraits en gélules, en comprimés ou telles quelles pour des infusions, ces plantes ont toute leur place dans le traitement de l’insomnie, surtout lorsqu’elles s’inscrivent dans un protocole thérapeutique.

La sophrologie

Autre approche non médicamenteuse, la sophrologie est un moyen naturel et efficace pour lutter contre les troubles du sommeil d’ordres psychologiques (stress, anxiétés passagères). Via des mécanismes de relâchement musculaire, de respiration et de visualisation, elle permet de dissiper les tensions accumulées durant la journée et de calmer le système nerveux autonome. En complément d’un suivi médical, la méthode aide rapidement à mieux s’endormir et retrouver un sommeil de qualité.

La thérapie comportementale et cognitive

Souvent utilisée dans le cadre des troubles alimentaires, la thérapie comportementale et cognitive (TCC) a aussi démontré ses bienfaits sur le sommeil. La technique associe un travail sur les croyances et les attitudes du patient face à son sommeil, à des conseils pratiques. Après une phase d’observation pour déterminer les facteurs internes et externes de l’insomnie et son moment d’intervention, le praticien aide le patient à comprendre son sommeil et l’oriente vers les solutions à apporter comme la restriction du temps passé au lit ou le fait de ne se coucher que lorsque l’on éprouve vraiment le besoin de dormir.

Dossier ” Troubles du sommeil : fin du cauchemar ” :



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.