Secteur 4 : En attendant la LGV…

Le secteur 4 dit secteur Est s’étend de la gare Matabiau à la Cité de l’Espace. Divisé en trois quartiers, il englobe autant des faubourgs comme Bonnefoy que du très résidentiel à l’image de la Côte pavée. Un secteur à fort passage de par ses grandes artères d’accès au centre-ville mais aussi à fort potentiel de transformation avec le projet LGV.

 

Rencontre avec Jean-Paul Makengo adjoint au Maire pour le secteur 4

 

Comment percevez-vous votre délégation d’adjoint au secteur 4 ?

 

Être adjoint de secteur est une responsabilité municipale particulière. On est la courroie de transmission entre le ressenti des habitants et la réponse municipale. C’est un rôle complexe, on explique le fonctionnement et l’action municipale aux citoyens, on tente faire comprendre ce que peut-être parfois la rigueur de l’appareil municipal à des personnes qui ont l’habitude dans leur association de prendre des décisions. C’est vraiment un rôle de diplomate, on doit arriver à expliquer, à faire de la pédagogie sur l’action municipale.

 

Quelles sont les particularités de votre secteur ?

C’est un secteur particulier car il est, sur les 6 secteurs de la ville, l’avant dernier par sa superficie mais le second par sa population. Il est très attractif car il n’est pas si grand et est à proximité du centre-ville. D’un côté, nous avons la gare, de l’autre, la Cité de l’Espace. Nous avons du pavillonnaire comme du collectif, c’est-à-dire toutes les caractéristiques que l’on trouve dans une ville avec la même diversité de population qui reflète ce que pourrait être une ville moyenne. C’est un secteur traversé par les grands accès au centre-ville, avec tous les accès possibles, ce qui fait que par endroit, il donne un peu une image «dortoir». Les quartiers proches du centre sont très dynamiques, de même que les associations, les clubs d’aînés et sportifs.

Un rôle de diplomate

Comment travaillez-vous ?

Les problématiques et les inquiétudes sont très différentes en fonction de la zone. A  Bonnefoy, il y a des inquiétudes avec le projet de la gare LGV, des problèmes d’insécurité, de squat. Donc nous travaillons sur la paupérisation du quartier, le vivre ensemble. Il n’y a pas les mêmes discussions à la Côte Pavée, très pavillonnaire, où nous parlons plus des espaces verts. Sur la partie Argoulets, on trouve un mix des deux autres quartiers. C’est l’un des plus à même d’évoluer en termes d’urbanisme. Les inquiétudes sont plus à l’accueil des nouvelles populations sans pour autant dégrader l’existant. Pour la partie qui se trouve derrière Auchan, les problématiques sont presque «de campagne». Nous sommes six élus et avons trois agents municipaux. Ce secteur de la ville fait partie du secteur Est du Grand Toulouse qui compte 110 000 habitants dont 76 000 sur la partie Toulouse. La taille du secteur fait que l’on ne peut pas être partout, mais les gens prennent rendez-vous pour rencontrer les élus et globalement ça se passe bien.

Sur quel projet travaillez-vous en ce moment ?

Le gros projet du secteur est le renouvellement urbain lié à l’arrivée de la LGV. C’est le secteur qui va le plus se transformer dans les années qui arrivent avec un nouveau quartier qui va sortir de terre. C’est facile lorsque l’on construit ou que l’on aménage des friches mais là, nous devons reconstruire la ville sur elle-même. Nous avons aussi le CEAT, mais il est nécessaire que nous ayons une vision plus claire du projet LGV.

Marie-Agnès Espa

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.