Les problématiques du secteur 4

La circulation, la sécurité routière

Point d’entrée de la ville à plusieurs endroits du secteur, les grandes artères sont souvent engorgées. Les rues adjacentes sont souvent prises d’assaut pour contourner les bouchons. Les automobilistes prenant ces chemins «bis», roulent souvent à vitesse excessive. Des riverains du secteur 4,3 ont remis un dossier aux élus déterminant 3 secteurs dangereux à sécuriser par exemple.

Le projet LGV

Ce gros projet implique de profondes modifications en termes d’urbanisme pour les quartiers autour de la gare et au-delà. L’an passé, habitants et associations du secteur de Lapujade ont manifesté leurs inquiétudes avec force. Certaines modifications peuvent impliquer des expropriations.

La densification

Au cours des réunions, les habitants du secteur ont fait part aux élus de fortes inquiétudes concernant la densification de leur secteur. En question : la hauteur des bâtiments «quelle intimité aurons-nous dans notre maison si vingt fenêtres s’ouvrent sur notre jardin ?», ou encore, de la circulation qu’engendrera une augmentation de la population.

L’insécurité

Sur certaines zones, derrière la gare par exemple, ou du côté d’Amouroux, le sentiment d’insécurité des habitants est vivace. On déplorerait des agressions (plus verbales que physiques), des commerces de substances illicites…

Voilà pour les grandes lignes, la question de la propreté revient souvent lors des réunions (déjections canines…), l’avenir du site du CEAT et de la Caserne Pérignon préoccupe les riverains, les transports en commun sont estimés «insuffisants» par endroits. Pour finir, les habitants souhaitent davantage de pistes cyclables et d’aménagements.

Marie-Agnès Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.