Fram : les élus locaux réagissent

FramLe voyagiste toulousain Fram est en situation de dépôt de bilan. Aujourd’hui, le tribunal de commerce de Toulouse doit placer l’entreprise en redressement judiciaire. Il reste 10 jours à Karavel-Promovacances pour finaliser la reprise de Fram. 77% des salariés devraient être sauvés. Une situation qui manque pas de faire réagir les élus locaux.

 

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse métropole

« Je suis évidemment très préoccupé par le risque de disparition de la marque toulousaine Fram. Mais je garde espoir que ce bilan déposé permettra le succès du rachat de l’entreprise par Karavel-Promovacances. Le repreneur se serait déclaré prêt à reprendre les trois quarts des effectifs, à savoir un total de 356 CDI et 137 “contrats non permanents”, ce qui constitue une base positive. Cela permettrait de sauver une grande majorité d’emplois et d’éviter la catastrophe humaine que constitue la disparition d’une entreprise. Fram, marque emblématique, a participé à la démocratisation des vacances en commençant avec quatre salariés et des autocars pour relier Toulouse à Barcelone. En 2000, le groupe a dépassé les 600.000 clients. Avec ce dépôt de bilan, c’est la fin d’une magnifique réussite familiale, que je tiens à saluer, mais, je l’espère, le début d’une nouvelle et belle aventure elle aussi basée à Toulouse ! »

 

Georges Méric, président du département de Haute-Garonne

« FRAM est une entreprise emblématique de Toulouse et de la Haute-Garonne qui a su se positionner dans le Top 10 des voyagistes français. Tout doit être mis en oeuvre pour permettre à l’entreprise de relever ses défis économiques et sociaux. Nous adressons aujourd’hui toute notre solidarité aux 650 salariés. »

 

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées

« FRAM ne peut pas disparaître » a déclaré ce matin Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, devant les membres de la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie.

« FRAM représente Toulouse et Midi-Pyrénées dans le monde, a ajouté Martin Malvy. FRAM fait partie depuis sa création en 1949 par Philippe Polderman des meilleurs de nos ambassadeurs. Son dépôt de bilan touche directement son personnel, ses actionnaires mais aussi les dizaines de milliers de touristes qui n’ont jamais cessé  de lui faire confiance. Je me suis entretenu de la situation avec Emmanuel Macron à l’occasion de son déplacement dans le Lot. Je lui ai dit notre préoccupation pour le personnel et son maintien à Toulouse et ailleurs. FRAM doit pouvoir poursuivre ses activités sans aucune interruption. Les décisions à venir doivent rassurer ses clients et ses partenaires et préserver l’emploi ».

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.