Les problématiques du secteur 1

Les travaux

Pour les résidents, ces travaux engendrent, outre les nuisances classiques, d’autres soucis. Par exemple il n’y a plus assez ou pas assez de mobilier urbain, il est difficile d’accrocher un vélo sur la rue. Des problèmes aussi de circulation, comme nous l’explique une résidente de la rue Pargaminières : «Les sens de circulation changent, il est difficile de s’y retrouver, parfois les rues sont fermées». Nous passerons sur le débat concernant la provenance des dalles de la rue Alsace Lorraine. Lors des réunions de quartier, les habitants ont exprimé leurs inquiétudes sur leur couleur sombre, qui «accentuera la chaleur, d’autant que les arbres ne pourront pas offrir beaucoup d’ombre dans les dix années qui arrivent.»

Les nuisances sonores

Le Centre, lieu festif par excellence, a une  population nocturne estimée à 30 000 personnes. Pour les élus, le challenge est de trouver le point d’équilibre entre la fête et la tranquillité des riverains.

Le partage de l’espace public

Vaste sujet que voici ! Que ce soit à propos du partage des voies de circulation du centre-ville entre les piétons, cycliste et voitures, du grignotage des trottoirs par les terrasses de certains établissements, le règlement d’occupation du domaine public doit être respecté. La question des SDF est régulièrement abordée en réunion.

Incivilité et insécurité

Les riverains subissent la saleté persistante de certaines rues malgré les fréquents passages des agents, des actes de vandalisme du mobilier urbain, les déjections canines sur les trottoirs, les traces et odeurs d’urines dans les rues et sur leur murs. Le sentiment d’insécurité est assez fort sur certains endroits, les passants déplorent d’être sollicités pour des cigarettes, ou de se voir proposer des substances illicites. Autres critiques : Les habitants demandent plus d’aménagements pour la sécurité, notamment aux abords des écoles. Certains quartiers sont isolés en desserte transports en commun, comme pour le quartier des Amidonniers. La ville ne propose que 18% de logements sociaux et à peine plus de 3% sur le secteur 1. Il y a beaucoup de logements vacants en centre-ville, des problèmes d’insalubrité. Le stationnement des riverains reste un point noir. Toutes ces problématiques, les plus récurrentes, sont abordées au cours des réunions. Mais il y en a d’autres. Certains Toulousains disent qu’«aller à ces réunions ne sert à rien» car ils ne sentent pas écoutés. Toutefois elles ont pour le moins le mérite d’informer les élus des problèmes quotidiens des Toulousains.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.