8e Marathon de Toulouse Métropole

Avec 3196 inscrits en individuels et 550 équipes de 4, le marathon Toulouse Métropole se porte bien. L’épreuve a su gérer l’année post-championnat de France. Cette année, en l’absence de Benjamin Bitok, multiple vainqueur de l’épreuve, enfant chéri du public toulousain, la surprise du jour est venue du côté des féminines. On a rarement assisté à une course aussi animée, voire survoltée.

Jérôme Bellanca, l’éternel lièvre de ces dames, n’en revenait d’ailleurs toujours pas, une fois la ligne franchie. « Dès le dixième kilomètre, c’est parti très fort, explique-t-il. Je devais les emmener sur des bases de 2h30 mais là, Sardana Trofimova ne tenait pas en place. Tout a explosé très rapidement. » Et la bagarre fut de toute beauté entre cette dernière et la Kenyane Gladys Kipsoi, partie en tête. Chacune à son tour essayait de prendre le meilleur sur son adversaire. Au final, la Russe réalise un temps chrono absolument phénoménal de 2h28’18”. Une marque de niveau mondial qui met du baume au cœur des organisateurs toulousains.

Côté masculins, un groupe de cinq hommes ne s’est pas quitté jusqu’au passage au semi, bien emmené par les deux lièvres du jour. Parmi eux, Raymond Kemboi est au-dessus du lot. Le chrono annonce 1h 06 min au 21 km. Lui attendait son heure. Il commença donc à accélérer à ce moment-là. Et ne sera plus jamais inquiété. Laissant son dernier rival, l’éthiopien Tegegne Abraraw, sur place vers le 32ème km. Raymond l’emporte en 2h10’59” soit à quelques secondes seulement du record toujours détenu par Benjamin Bitok en 2h10’53”. Aziz Soukra, septième, est le premier régional, licencié au CA Balma.
Denis Lemeunier gagne en handisports et sur l’épreuve relais, l’équipe de l’Athlé 632 a été la plus forte.

Le 8ème Marathon de Toulouse Métropole, à l’image de son parrain Kevin Mayer, fut rayonnant et splendide.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.