Zoom entreprise/Family Sphere ; Petite entreprise devenue grande

Actuellement leader du marché des services à la personne dédiés à la petite enfance, Family Sphere, fort d’une croissance ininterrompue, continue sa progression et affiche une ambition certaine de développement pour les années à venir. Bilan et perspectives d’une entreprise en devenir.

«2,6 milliards d’euros, c’est ce que rapporte à l’Etat le secteur des services à la personne», affirme Michel Guierre, directeur général réseaux Family Sphere, «contrairement à ce que l’on pourrait croire.»  Et les idées reçues sont apparemment tenaces. Celles qui consistent à penser que seules les familles privilégiées peuvent avoir accès à ces services, qu’il s’agit d’un service de confort et que les entreprises évoluant dans cette sphère ne génèrent que des travailleurs pauvres, mal rémunérés. A cela, Michel Guierre répond que «30% des personnes qui ont recours aux services à la personne gagnent 1 500 euros par mois, que les personnes âgées dépendantes ont un réel besoin et que la garde d’enfants peut s’avérer indispensable. De même, ce secteur permet à des personnes non-diplômées et aux séniors de trouver un emploi, rémunéré 33% au-delà du SMIC».

La marque Family Sphere, fondée en 2006, dispose aujourd’hui de plus de 89 agences dispersées sur tout l’Hexagone, notamment en Haute-Garonne. Avec un chiffre d’affaires 2011-2012 sur le département s’élevant à 1 600 000 euros, soit une augmentation 19%, et un résultat net de 50 000 euros (706% de progression), Family Sphere 31 affiche un bilan plus que positif. Cette croissance à deux chiffres, a permis le recrutement de 66 personnes cette année, portant ainsi le nombre de salariés à 220 personnes.

 Des nounous chouchoutées

Spécialisé dans la petite enfance, Family Sphere fait de la fidélisation de ses salariés, une priorité. En effet, si l’entreprise peut afficher une satisfaction client de 98,42% à Toulouse, c’est parce qu’elle parvient à garder en son sein les mêmes salariés «assez longtemps pour pouvoir affirmer aux parents que leur enfant ne changera pas de nounou tous les 15 jours», explique Michel Guierre. Car 30% des salariés sont des étudiants, ce qui engendre un «turnover» important. Arrivés généralement sans diplôme adapté, Family Sphere permet à ses employés d’accéder à des formations qualifiantes à la petite enfance ainsi qu’à celles de premiers secours. Quant au recrutement, il n’est pas pris à la légère puisque des tests d’aptitude font référence en la matière : «Avec un jeu des 7 erreurs, nous évaluons la capacité d’une nounou à repérer les dangers par exemple et nous prêtons également attention à la façon dont elle pourra stimuler un enfant comme lorsqu’il apprend à marcher, ou encore si elles sont capables d’identifier les moments de la journée auxquels il faut particulièrement surveiller l’enfant…», explique Michel Guierre. Une fois le dernier entretien passé et l’embauche validée, la nounou peut donc débuter son contrat qui, généralement ne dépasse pas le mi-temps : «Chez nous, les contrats sont majoritairement des mi-temps (40%), mais ils sont choisis et non subis», poursuit-il, ce qui permet de fidéliser les salariés. De plus, l’ascension sociale possible au sein de l’entreprise permet de motiver les employées, comme en témoigne Elodie, 26 ans : «J’ai commencé par être nounou à mi-temps, sans diplômes appropriés. J’ai pu, grâce aux jeux des formations, obtenir mon CAP petite enfance et ainsi augmenter mon taux horaire pour arriver à un plein temps. Puis je me suis vue proposer un poste de chargée de clientèle à mi-temps et aujourd’hui, j’occupe ce poste à plein temps.»

 Des perspectives d’évolution

Si Family Sphere est notamment connue et appréciée pour ses capacités à s’adapter aux clients par des horaires décalés, elle ne se contente pas de ce service et travaille actuellement sur des nouveautés pour la rentrée. «Depuis septembre dernier, les Family Sphere de Haute-Garonne proposent aux parents des horaires aménageables. Nous pouvons leur envoyer quelqu’un simplement pour déposer les enfants à l’école ou encore organiser des gardes de nuit, mais nous allons également mettre en place dès septembre prochain une offre de soutien scolaire personnalisée ainsi que l’organisation de rencontres entre parents et nounous pour les clients qui souhaiteraient rester employeurs et ne pas passer par un organisme» explique Alexandre Dartiguepeyrou, directeur des agences Family Sphere de Haute-Garonne. Il est également, depuis le 25 mai dernier, l’heureux gérant de la nouvelle agence implantée à Muret. Cette dernière a recruté 30 nounous et quelque 40 familles y sont attendues en septembre pour débuter les premières gardes. Familles qui pourront désormais bénéficier d’un gage de confiance puisque que Family Sphere a obtenu la certification Qualicert pour 36 de ses agences, dont celle de Toulouse.

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.