Zoom entreprise En coulisses avec Backstage

A 25 et 26 ans, Guillaume Huynh et François-Xavier Rybak ont décidé de vivre de leur passion, l’audiovisuel. «Backstage, retourne ta ville», leur nouvelle web tv propose aux internautes des reportages exclusifs sur les coulisses des événements toulousains, qu’ils soient sportif, people… mais aussi aux entreprises de réaliser leur film publicitaire. Guillaume Huynh nous explique comment ils mettent la ville rose, et surtout ses acteurs, en valeur.

 

Pouvez-vous nous expliquer comment a commencé l’aventure de votre entreprise ?

En fait, elle n’a pas encore commencé car actuellement je suis installé en auto-entrepreneur mais pas FX Rybak. Nous réfléchissons ensemble à l’avenir et à une possible future société où nous serions co-gérants. Ce questionnement est issu du constat de notre notoriété grandissante et de notre envie de nous développer. Pour l’instant, nous avons tous les deux un travail à côté. En parallèle donc, je suis chargé de qualité à l’aéroport et lui travaille au service comptabilité de la DGA.

 

Vous travaillez, vous gérez Backstage… Comment faites-vous tout ça ?

Nous nous occupons de Backstage le soir et les week-ends et communiquons beaucoup via nos smartphones mais ce n’est pas évident. C’est pour cela que nous souhaiterions changer les statuts de Backstage pour en faire notre outil de travail principal. Nous voulons nous consacrer exclusivement à notre future société. D’ailleurs si des agences de communication pensent à investir, nous leur ouvrons nos portes avec plaisir et leur offrons notre savoir-faire !

 

Vous êtes donc deux à travailler à Backstage, vous et FX Rybak, comment vous êtes-vous rencontrés ?

Nous nous sommes rencontrés au lycée des Arènes où nous suivions un cursus général, mais moi j’avais rajouté une spécialité audiovisuelle pour, plus tard, travailler dans le cinéma puis j’ai abandonné cette idée pour la communication. Nous avions mis en place ce projet déjà au lycée, quand j’ai transmis ma passion pour l’audiovisuel à FX, nous voulions monter une chaîne de télévision qui permette d’amener une vision différente, notamment celle des personnes handicapées puisqu’FX est en fauteuil roulant. Mais à l’époque nous n’avions ni les moyens techniques, ni les budgets pour le faire. Avec l’arrivée d’Internet, des blogs, des réseaux sociaux, les choses ont été plus faciles car nous n’avions que très d’investissement à faire et nous avons pu lancer la web tv Backstage en octobre dernier avec notre premier vrai reportage qui a été celui du Marathon de Toulouse.

 

Créer le buzz !

 

Pouvez-vous déjà dresser un bilan de vos six mois d’existence en tant qu’auto-entrepreneur ?

Nos vidéos, postées sur notre site internet, enregistrent chacune 1 000 vues en moyenne et les choses s’accélèrent. Nous avons maintenant un partenariat avec le Méga CGR de Blagnac qui nous a permis en janvier dernier de réaliser le teaser de l’avant-première de Star Wars 3D et là, pour le coup, la vidéo a dépassé les 6 800 vues au cours du dernier mois. Ce buzz a permis au cinéma de faire le plein et à nous d’ajouter un client à notre carnet d’adresses. Et, nous réitérons l’opération pour la sortie de «Prometheus» qui retrace la genèse des films «Alien». Nous tenterons encore de créer le buzz en organisant une mise en scène particulière… Mais je n’en dis pas plus.

En termes financiers, nous nous sommes beaucoup concentrés sur les reportages pour créer en priorité du contenu. Ensuite nous pourrons développer le côté marketing en privilégiant les publi-reportages et les films d’entreprises. D’ailleurs nous sommes en train de signer un contrat avec un garage Renault de Ramonville pour le lancement de la voiture électrique Twizy. Nous sommes actuellement en négociation pour d’autres projets et l’argent devrait commencer à rentrer dès cet été.

 

Que proposez-vous concrètement à des entreprises qui souhaiteraient faire de la publicité audiovisuelle ?

Notre société se découpe en deux parties, la première basée sur le reportage avec nos différentes émissions et la seconde qui se rapproche plus d’une agence de communication audiovisuelle avec des films d’entreprises. Il s’agit d’une façon moins traditionnelle de faire de la publicité pour une société. Pour 3 à 400 euros, nous proposons des publi-reportages de formats différents, plus ou moins longs, de 3 à 15 minutes, que les entreprises peuvent utiliser ensuite à leur guise. Mais, attention, nous ne faisons pas du low cost, les budgets peuvent varier en fonction de ce que recherche l’annonceur. Dans tous les cas, nous restons professionnels et proposons le meilleur à nos clients.

 

Vous réalisez, animez et diffusez également plusieurs émissions sur votre web tv. Que peut-on y trouver ?

Backstage, c’est effectivement plusieurs émissions dont «People in Pink City» dans laquelle nous réalisons des interviews de personnalités, qu’elles soient de notoriété nationale, internationale ou même toulousaine. L’émission «Vestiaires», elle, vous plonge au cœur des clubs de sport toulousains. Ensuite, vient «Live from» où nous faisons une émission en direct d’un événement, comme dernièrement le Marathon de Toulouse où nous montrons les coulisses de cette manifestation. L’émission «Making of» est plus particulière puisque nous réalisons les making of de groupes de musique pour leur promotion, mais pas que… La dernière émission s’appelle «Portrait d’entreprises» et présente des professionnels dans leurs journées quotidiennes ; le dernier en date, Téo d’NRJ Toulouse que nous avons suivi.

 

 Travailler avec les Studio Raleigh

 

Pourquoi avoir choisi ce type d’émission ?

Ce sont essentiellement des thèmes que nous, spectateurs, attendions d’une télé locale : le sport, les people… En ce qui concerne le making of, c’est surtout parce que cet exercice me plaît et que j’ai pensé qu’il s’agissait d’une bonne façon de présenter Toulouse. De même, je pense que ces choix représentent bien le côté culturel et sportif de la ville rose. C’est notre but ultime : montrer les coulisses de Toulouse à travers Backstage.

 

Vous portez plusieurs casquettes tous les deux, comment vous répartissez-vous le travail ?

J’apporte les compétences artistiques, de création graphique et audiovisuelle et FX s’occupe de la partie commerciale et de fournir notre base de contacts. Nous sommes complémentaires. De même que j’ai tendance à être un peu trop cascadeur, FX est plus posé et me raisonne souvent.

 

Avez-vous des projets à plus ou moins long terme ?

Notre objectif était de parvenir à nous faire connaître avant que les Studio Raleigh ne se montent à Cugnaux pour, peut-être un jour, travailler avec eux, intégrer le monde du cinéma… C’est mon rêve et j’ai entraîné FX là-dedans. Si seulement nous pouvions leur faire les making of !…  Nous voulons atteindre un professionnalisme qui nous permettrait de travailler avec des grands !

A plus court terme, nous allons sortir le teaser pour l’avant-première de «Prometheus» et nous avons également un projet de web série qui mettra en avant les boutiques et les entreprises toulousaines. Il s’agit pour l’instant d’un pré-projet !

 

Propos recueillis par Séverine Sarrat

 

www.backstage-toulouse.fr

Facebook : Backstage retourne ta ville



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.