Wimha « L’entreprenariat est une vraie aventure ! »

Wimha, jeune start-up toulousaine prometteuse, propose aux internautes un réseau communautaire. A la différence des concepts de réseaux classiques, sur Wimha les points d’entrée se font via les centres d’intérêt et non les individus. Une start-up à vocation internationale, et trois créateurs dynamiques plus que motivés.

Wimha est l’abréviation de « World In My HAnd », et cette phrase résume à elle seule l’état d’esprit de ses créateurs ! Ils sont trois, ont tout juste 25 ans et sont issus de la même promotion de l’ICAM Toulouse (école d’ingénieurs, Institut Catholique des Arts et Métiers). Suite à un voyage réalisé durant leurs cursus, les trois comparses, Simon Vacher, Bertran Ruiz et Martin Rallier, décident de créer une plate-forme internet où chacun, de partout dans le monde, peut partager ses centres d’intérêt. « Durant nos études, nous devions monter et financer un projet à l’étranger ; ce dont on n’a pas l’habitude. A la suite de cela, de retour en France, nous avons constaté que nous n’avions plus accès à toute la culture dans laquelle nous avions baigné pendant cette expérience. Nous avons alors voulu créer un outil qui permettrait ce lien-là » explique Martin Rallier, responsable administratif et financier de Wimha. En ligne de mire donc : le partage de cultures et exit les frontières ! Le principe est simple : « lorsque l’utilisateur arrive sur Wimha, on lui demande la communauté dans laquelle il souhaite s’inscrire, cela peut être un pays, une ville ou encore une université » précise Martin Rallier, « ensuite il choisit ses centres d’intérêts : la gastronomie, la littérature, le cinéma, la musique… Il peut inviter ses amis à les partager sur Wimha, et ses amis, faire de même par la suite !»

 

« Les internautes font la vie de la communauté »

Créée en juillet 2012, Wimha est une Société par Actions Simplifiée. Le site internet lancé en septembre de la même année rassemble aujourd’hui 1 300 inscrits dans le monde entier, « la moitié de nos inscrits sont étrangers, nous avons été contactés par des médias étrangers, une télé mexicaine par exemple » raconte Martin Rallier. Les pilotes de Wimha souhaitent éviter de se financer avec des bandeaux publicitaires, ou outils du même genre, « nous ne sommes pas dans cet esprit-là. Notre but est plutôt de proposer aux entreprises de communiquer différemment » expose le responsable administratif et financier, « par exemple, un restaurateur créera son profil et pourra communiquer avec la communauté. Il fera sa promotion mais amènera quelque chose à l’utilisateur comme par exemple une recette, ou faire voter pour intégrer un plat à son menu » poursuit-il. Pour le moment, cet aspect est à l’étude. Wimha doit auparavant se développer, générer plus de trafic et étoffer sa communauté. Une interface smartphone est également au programme. Actuellement Wimha est hébergée dans une pépinière du Conseil Général 31, CEEI Théogone, qui fait partie du réseau Creamed, réseau de pépinières d’entreprises de l’Eurorégion Pyrénées – Méditerranée. Celui-ci s’étend sur quatre régions partenaires : la Generalitat de Catalogne, le Parc d’Innovation Technologique des îles Baléares, le réseau Rezopep et Midi-Pyrénées Expansion en Midi-Pyrénées et le réseau Synersud en Languedoc-Roussillon. C’est dans ce cadre, d’ailleurs, que Wimha s’est récemment distinguée en recevant un trophée pour son originalité, notamment avec sa campagne de crossfounding. Une action sur internet durant laquelle les trois associés ont lancé un pari ambitieux : rassembler 8 000€ en 50 jours ! Le 1er mai, l’engagement était tenu sur la plate-forme française de crossfounding Kisskissbankbank.com. Pour Martin Rallier, « cela permet aussi aux gens de venir dans l’aventure, nous les remercions car ce sont eux qui font la vie de la communauté ».

Marie-Agnes Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.