UIMM : «On profite de la bonne santé de l’aéronautique»

©Simon Pialat/JT
©Simon Pialat/JT

Le 2 juillet, Bruno Bergoend a été élu pour trois ans à la présidence de l’UIMM Midi-Pyrénées, à l’occasion de l’Assemblée Générale 2015. Loin d’être un inconnu dans le milieu, le Directeur général de Technofan succède à Jean Luminet.  

Par Simon Pialat

En Midi-Pyrénées, l’Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie (UIMM) compte environ 450 adhérents. Le 2 juillet, elle a désigné son nouveau président : Bruno Bergoend, vice-président du Medef 31. Ce dernier succède à Jean Luminet qui a passé dix ans à la tête de l’organisation représentant les industries technologiques régionales. Le nouveau président connaît bien le milieu aéronautique pour avoir occupé nombre de postes de direction à Caso, Labinal, Safran ou encore Technofan dont il est le Directeur général depuis 2012. Il a aussi passé dix ans au comité directeur de l’UIMM en Midi-Pyrénées. Bruno Bergoend salue le travail effectué par son prédécesseur et mentor. «Certains jeunes et leurs parents revoient désormais l’industrie comme une opportunité de carrière.» A la demande de ses pairs, le président d’honneur Jean Luminet revient sur une belle anecdote. «En 2009 ou 2010, un nouveau centre de formation a été instauré. Celui-ci plaît beaucoup aujourd’hui, avec un espace et des moyens techniques attractifs». Sur le plan professionnel, les hauts responsables de l’UIMM se félicitent également de la sélection de quatre jeunes apprentis de la région, parmi ceux qui défendront l’excellence nationale cet été, aux Olympiades des métiers à Sao Paulo.

«S’intéresser aux synergies de la future grande région»

Aujourd’hui, le président de l’organisation en Midi-Pyrénées décrypte sa mission en trois points essentiels. «Poursuivre les services largement mis en place au sein de l’organisation et continuer à défendre les intérêts de nos adhérents. Il y aura aussi quelques challenges au niveau régional notamment un travail à mener avec les syndicats. Il faut aussi s’intéresser aux synergies que la future grande région est susceptible d’amener dans certains domaines. Notre travail va être de regarder ce qui se fait en Languedoc-Roussillon : ils ont peut-être des services qui sont complémentaires aux nôtres. Il faut être pragmatique et voir ce que l’on peut mutualiser.» Pour Jean Luminet, il y a nécessité de bâtir quelque chose de nouveau. Le concernant, l’organisation doit rationnaliser, réaliser des économies et rendre les meilleurs services aux adhérents. Le directeur général de Technofan met, lui, l’accent sur la révision des conventions collectives, projet dont il a récemment pris connaissance. Ce dernier a donc encore du pain sur la planche, tout comme son prédécesseur en son temps. Mais il est enthousiaste en ce qui concerne la croissance industrielle en Midi-Pyrénées, dans un contexte où la compétitivité a régressé à l’échelon national. «On profite de la bonne santé de l’aéronautique. C’est une région dynamique en forte progression grâce à ce marché-là.»



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.