UIMM Invest PMI: «Un levier incontestable»

Les entreprises adhérentes de l’IUMM Midi-Pyrénées peuvent, depuis avril 2010, prétendre à un prêt participatif dédié à leur développement qui se place en complément des crédits bancaires classiques. Plus communément utilisé pour les investissements immatériels auxquels les banques répondent souvent par la négative, ce prêt représente une opportunité pour les entreprises de la métallurgie.

 

«Sécuriser les projets de croissance d’une entreprise en lui permettant de garder sa trésorerie», c’est le bénéfice attendu suite à la mise en place du prêt participatif UIMM Invest PMI, explique Jean Luminet, président de l’UIMM Midi-Pyrénées. Depuis le printemps 2010, l’Union des Industries et Oséo ont lancé ce dispositif financier pour les adhérents UIMM afin de renforcer leur solvabilité. «En aucun cas, notre prêt ne doit se substituer à un crédit bancaire, il vient en complément de leur offre. Même, notre investissement initial prend la dimension d’un effet levier auprès des banques», poursuit-il. Pour la fédération, cette première en France est le témoin des besoins ignorés des entreprises de la métallurgie.

L’UIMM Invest PMI trouve son sens notamment pour les prêts immatériels, sur lesquels les banques peuvent rester frileuses. Cette nouveauté s’adresse à toutes PME de plus de trois ans, adhérentes UIMM, présentant des finances saines mais souhaitant investir pour leur développement. Le prêt, à taux bonifié (3.20%), peut s’étendre de 100 000 à 300 000 euros par entreprise pour une durée de sept ans, à raison de vingt échéances (différé de deux ans pendant l’amortissement du capital). De plus, aucune garantie sur les actifs de la société n’est exigée, ni sur le patrimoine du dirigeant. C’est ce qui a plu à Eric Lamboley, directeur de TopMicron et LBY Meca, spécialisées dans l’usinage de pièces de structure et de pièces moteur dans le secteur de l’aéronautique. «Oséo et l’UIMM ont accordé 100 000 euros pour chacune de mes entreprises, ce qui nous a permis de les développer. Pour cela, les banquiers nous demandaient de nous porter caution personnelle pour l’obtention d’un prêt tandis que l’UIMM Invest PMI ne nécessitait pas de garantie particulière», explique-t-il.

 

Un déclencheur de prêt bancaire

 

Depuis avril 2010, quelque 60 demandes de financement ont été déposées auprès de l’UIMM et Oséo pour 35 entreprises bénéficiaires au total. Avec un montant global de six millions d’euros accordés, l’UIMM Invest PMI a permis aux sociétés de percevoir 24 millions d’euros de financements bancaires, soit un effet levier de 5, «c’est dire le sérieux de notre dispositif», précise Jean Luminet. L’obtention du prêt participatif engendre souvent le déblocage des dossiers de crédit déposés auprès des établissements bancaires, comme en témoigne Bruno Lepoutre, président d’Alisaero, sous-traitant aéronautique. «Nous avons bénéficié d’un montant de 200 000 euros de la part de l’UIMM et Oséo, ce qui a permis de rassurer nos banquiers qui nous ont, suite à l’appui de l’UIMM Invest PMI, accordé un prêt de 600 000 euros pour investir dans de nouvelles machines et ainsi nous développer», constate-t-il.

Même si la rentabilité de ce dispositif est nulle pour l’UIMM qui finance l’aide par ses propres fonds, le projet est avoué à se développer. La première enveloppe débloquée en 2010 pour ce prêt participatif, se montait à cinq millions d’euros mais elle vient d’être doublée par la signature d’une seconde convention.

Séverine Sarrat

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.